•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nova Scotia Power retarde la fermeture d’une unité au charbon à la centrale de Trenton

Bâtiment de la centrale au charbon de Trenton.

Les plans de Nova Scotia Power de fermer l'unité alimentée au charbon connue sous le nom de Trenton 5 à la centrale électrique de 300 mégawatts de Trenton seront reportés jusqu'en 2024.

Photo : Google Street View

Radio-Canada

Nova Scotia Power retarde d'un an la mise hors service de l'une de ses unités électriques au charbon à la centrale de Trenton.

Dans une mise à jour déposée auprès de la Commission des services publics et d'examen de la Nouvelle-Écosse, l'entreprise annonce que la fermeture de l'unité connue sous le nom de Trenton 5 à la centrale de 300 mégawatts de Trenton sera désormais reportée à 2024.

L'écologiste Gurprasad Gurumurthy du centre d’action écologique d’Halifax affirme que cette décision est risquée.

Retarder le retrait de Trenton 5 signifie que nous brûlerons cette quantité de charbon pendant une autre année et cela va faire grimper les émissions et nous allons dérailler de notre plan pour atteindre nos objectifs, explique-t-il.

Nova Scotia Power possède huit groupes électrogènes alimentés au charbon dans quatre usines réparties dans la province. Ces usines emploient 350 personnes.

Toutes les centrales au charbon doivent fermer d'ici 2030. L’objectif c’est que d’ici là 80 % de l'électricité de la province proviennent de sources renouvelables. Les émissions de carbone de la province doivent également être réduites à 53 % des niveaux de 2005.

Produire de l'électricité en brûlant du charbon pollue, mais fournit une source d'électricité fiable, contrairement aux sources intermittentes comme le vent.

Nova Scotia Power dit ne pas pouvoir fermer une centrale au charbon tant qu'elle n'a pas prévu une source fiable de remplacement.

Le plan était de remplacer l’énergie produite par Trenton 5 par de l’électricité importée du Nouveau-Brunswick et de Terre-Neuve, et d'une turbine à combustion de gaz qui pourrait être allumée au besoin. Mais ces plans ne sont pas prêts.

Bâtiment de la centrale au charbon de Lingan.

Malgré l'arrivée de l'hydroélectricité de Muskrat Falls, on ne sait pas quand l'unité 2 de la centrale de Lingan, qui est alimentée au charbon, fermera.

Photo : Radio-Canada / Tom Ayers

Délais manqués

Maintenant que le bloc hydroélectrique de la Nouvelle-Écosse de Muskrat Falls arrive enfin dans la province, Nova Scotia Power pourra fermer l'une de ses centrales au charbon à Lingan, au Cap-Breton.

L'unité 2 de la centrale Lingan devait être retirée le 1er janvier 2022, mais la livraison de l'hydroélectricité de Muskrat Falls a été retardée.

Nova Scotia Power dit qu’il est prudent de maintenir Lingan 2 opérationnel compte tenu de l'incertitude entourant Muskrat Falls.

Le porte-parole de la société, Jackie Foster, refuse de dire quand Lingan 2 serait fermé.

Elle confirme tout de même que le flux fiable du bloc de la Nouvelle-Écosse va permettre la fermeture d'une unité au charbon, et que la société travaille à en fermer d'autres.

Nova Scotia Power ne dispose pas actuellement d'une capacité de production excédentaire suffisante pour permettre un deuxième retrait d'unité au charbon à l'heure actuelle, écrit Foster.

Quand nous serons en mesure d'obtenir une capacité ferme de remplacement à partir de sources nationales ou importées, nous fermerons une autre unité de charbon. Il est prévu que ce soit Trenton 5.

Une carte du Québec et des provinces de l'Atlantique.

La boucle de l'Atlantique verrait plus d'énergie verte produite en Nouvelle-Écosse et des mises à niveau de transport au Nouveau-Brunswick pour faciliter la distribution d'énergie verte du Québec et du Labrador.

Photo : Radio-Canada

L'échéance de l'électricité renouvelable approche

En attendant, l'échéance de réduction des émissions de carbone arrive à grands pas.

L'écologiste Gurprasad Gurumurthy croit que le temps presse et ça rend le projet de la boucle de l'Atlantique plus attirant. Cette boucle permettrait à l'énergie hydroélectrique du Québec et du Labrador d'être acheminée vers la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick par l'intermédiaire d'un réseau de transport amélioré.

Une meilleure connexion avec le Nouveau-Brunswick donnerait à Nova Scotia Power un débouché pour la production éolienne excédentaire.

Nous n'avons pas le budget carbone pour émettre davantage dans l'atmosphère et ensuite essayer de le réduire de manière importante d'ici la seconde moitié de la décennie, croit Gurprasad Gurumurthy.

Nous devons le faire aussi vite que possible, dès que possible.

Avec les informations de Paul Withers de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !