•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jim Watson s’oppose à une contribution de la Ville d'Ottawa pour contester la loi 21

Portrait de l'homme devant quelques livres.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, a réitéré mercredi qu’il était contre la loi québécoise sur la laïcité de l'État. Or, il n’a pas l’intention d’appuyer une motion pour que la Ville contribue financièrement à la contestation judiciaire, comme l’ont fait d’autres municipalités.

Jim Watson a justifié son point de vue en expliquant qu’il n’est pas en faveur de l’idée de donner de l’argent des contribuables pour cette cause.

La conseillère municipale Diane Deans, qui représente les citoyens de Gloucester-Southgate, a déposé une motion, mercredi, sur la question. Sa motion a pour but que la Ville approuve une contribution unique allant jusqu’à 100 000 $, selon les besoins aux contestataires de cette loi qui a fait couler beaucoup d’encre au cours des derniers mois, particulièrement après la réaffectation d’une enseignante de l’Outaouais.

Diane Deans, qui a déjà annoncé qu'elle se portera candidate pour tenter de succéder à Jim Watson, estime que la loi 21 est discriminatoire à l'endroit des membres de minorités religieuses qui portent le hijab ou le turban, par exemple.

Elle a soutenu que la cause judiciaire entourant la loi adoptée par Québec en 2019 aura une « portée sur la valeur fondamentale de la liberté de religion ».

Au cours des derniers mois, des villes comme Toronto, Winnipeg, Calgary et Halifax ont joint le mouvement lancé par le maire de Brampton.

Diane Deans aimerait que la Ville d'Ottawa emboîte le pas. Sa motion présentée mercredi doit être débattue ultérieurement par les élus municipaux.

Avec les informations de Joanne Chianello, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !