•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un déficit budgétaire de 60 M$ au CISSS de la Côte-Nord

Un corridor de l'hôpital de Sept-Îles. Un employé est debout dans le corridor.

Le déficit budgétaire est majoritairement causé par une hausse de l’embauche d’une main-d'œuvre indépendante, en raison du manque de personnel sur le territoire (archives).

Photo : Radio-Canada / Nicolas Fage

Le CISSS de la Côte-Nord prévoit un déficit budgétaire de 64,6 millions de dollars pour son exercice financier qui prend fin le 31 mars 2022.

Lors de la dernière séance de son conseil d'administration, mercredi soir, le CISSS a indiqué que ce déficit s'explique en majeure partie par une hausse du recours à la main-d'œuvre indépendante, en raison du manque de personnel.

En septembre dernier, le CISSS annonçait plutôt un déficit projeté de 50 millions.

Le CISSS affirme travailler de pair avec le ministère de la Santé et des Services sociaux pour trouver des solutions.

Une rencontre a par ailleurs été effectuée au début de décembre entre la PDG du CISSS de la Côte-Nord et un représentant du ministère de la Santé, dans l’objectif de redresser les états financiers et de rééquilibrer le budget.

Départ à la DPJ régionale

La Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) régionale perdra un gros morceau en 2022.

Après 35 ans de carrière, la directrice du service, Marlene Gallagher, prendra sa retraite au courant de l’été prochain.

Elle en a fait l’annonce lors de la séance du conseil d'administration du CISSS de la Côte-Nord, mercredi soir.

Mme Gallagher indique en être venue à cette décision de mettre fin à sa carrière étoffée pour laisser sa place à quelqu’un qui sera en mesure de braver les défis qui suivront l’implantation des 265 actions recommandées par la commission Laurent, dont le rapport a été déposé en mai dernier.

« J’espère que ce sera quelqu’un qui va insuffler une nouvelle énergie, peut-être une nouvelle vision, une nouvelle façon de faire, ou suivre un peu la même trajectoire que j’ai prise… »

— Une citation de  Marlene Gallagher, directrice régionale de la Direction de la protection de la jeunesse
Marlene Gallagher, directrice de la Direction de la protection de la jeunesse et directrice provinciale pour la région de la Côte-Nord.

Marlene Gallagher, directrice de la Direction de la protection de la jeunesse et directrice provinciale pour la région de la Côte-Nord, prendra sa retraite après 35 ans de carrière (archives).

Photo : Radio-Canada

Néanmoins, j’ai confiance que quelqu’un d’autre pourra relever ce défi avec autant de passion et d’engagement que j’ai donnés, ajoute-t-elle.

Le conseil d'administration du CISSS de la Côte-Nord en a profité pour remercier Mme Gallagher pour ses nombreuses années de service.

Le CISSS de la Côte-Nord enclenchera un processus de remplacement dans les prochains mois.

La santé publique au bout du fil

La relance téléphonique effectuée au cours des derniers mois par le CISSS de la Côte-Nord pour convaincre la population de se faire vacciner semble porter ses fruits.

Environ 10 % des appels effectués par la santé publique régionale auprès des personnes non vaccinées ont mené à la prise d’un rendez-vous de vaccination.

Richard Fachehoun accorde une entrevue à Radio-Canada sous la neige.

Le directeur de la santé publique au CISSS de la Côte-Nord, Richard Fachehoun, affirme qu'une troisième dose du vaccin contre la COVID-19 permettrait à ceux qui l’obtiennent de se munir d’une protection de 85 à 90 % contre le risque d’hospitalisation (archives).

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Le directeur de la santé publique au CISSS de la Côte-Nord, le Dr Richard Fachehoun, affirme que ces appels sont comme des entretiens motivationnels, dans le but d’entrer en contact avec la tranche de population qui demeure réticente face au vaccin.

Le Dr Fachehoun mentionne que, même si le taux de réussite de ces appels peut paraître bas, chaque prise de rendez-vous est une petite victoire pour le système de santé.

L'avantage pour nous, c'est d'aller donner de l'information aux gens et savoir si c'est un refus catégorique, ou bien si ces gens ont d'autres raisons. Qu'est-ce qu'on peut faire pour les accompagner?, avance-t-il.

« Mais ce 10 % est vraiment, sérieusement mieux que rien… C'est très important. »

— Une citation de  Dr Richard Fachehoun, directeur de la santé publique au CISSS de la Côte-Nord

Le Dr Fachehoun ajoute par ailleurs qu’une troisième dose du vaccin contre la COVID-19 permettrait à ceux qui l’obtiennent de se munir d’une protection de 85 à 90 % contre le risque d’hospitalisation.

Sur la Côte-Nord, tout près de 66 % des personnes de 18 ans et plus admissibles à la troisième dose l'ont reçue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !