•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des travailleuses de la santé de la région exaspérées par l’annulation de leurs vacances

L'extérieur de l'hôpital de Chicoutimi.

L'hôpital de Chicoutimi

Photo : Radio-Canada / Vicky Boutin

L’exaspération de travailleuses de la santé qui ont vu leurs vacances être annulées dans les dernières semaines afin de pallier le manque d’effectifs au Saguenay-Lac-Saint-Jean s’est manifestée mercredi devant les administrateurs du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS).

Des infirmières et membres du personnel soignant ont questionné les membres du conseil d’administration au sujet de l’application de l’arrêté permettant la suspension des conditions habituelles de travail du personnel de la santé lors de la séance qui avait lieu en ligne.

Je vous fais part de mon mécontentement au sujet de l’annulation des vacances. Je vais parler en mon nom, mais aussi au nom de mes collègues, que j’ai vues pleurer, car elles attendaient ce moment de répit depuis fort longtemps, a exprimé une employée du Département d'obstétrique dans sa question lue par la présidente du conseil d’administration, France Guay.

Elle déplore que ses vacances aient été annulées à quelques heures d’avis, sans explications de la part de son syndicat ou de ses patrons. L’employée a déploré le manque de compassion du CIUSSS, alors qu’elle et ses collègues se sentent abandonnées par les deux parties.

Une infirmière de l’hôpital de Chicoutimi a déploré s’être retrouvée en surplus dans son département, après que ses deux semaines de vacances eurent été annulées à quelques jours d’avis. Je vous confirme que ça augmente la frustration face à vos décisions, a-t-elle mentionné, dans sa question écrite.

La présidente-directrice générale du CIUSSS, Julie Labbé, a souligné avant la période de questions les efforts du personnel de la santé.

« Je veux rappeler que ces gens-là font des efforts au quotidien, puis c’est admirable, ce qu’ils font. Je suis très consciente des sacrifices que tous les travailleurs de la santé et des services sociaux au Saguenay-Lac-Saint-Jean font. »

— Une citation de  Julie Labbé

Élisabeth Plourde, de la direction des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques, a affirmé que le CIUSSS tente de limiter l’application de l’arrêté 007, qui avait été adopté au début de la pandémie par Québec, et que les vacances sont annulées en dernier recours.

Une femme habillée d'un veston noir et d'une camisole blanche sourit à la caméra.

Julie Labbé, présidente-directrice générale du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Photo : Courtoisie CIUSSS

Des annulations ont été faites en prévision de la capacité hospitalière, alors qu’une fin de semaine particulièrement difficile était attendue. Oui, parfois, les besoins, l’offre de main-d'œuvre a excédé le besoin [...], a-t-elle reconnu. Par contre, on s’est assuré d’offrir des congés ponctuels.

Transmission communautaire

Les administrateurs ont souligné également pendant la séance que la contamination des membres du personnel pendant cette cinquième vague de COVID-19 était principalement communautaire, ce qui faisait croire que les moyens de prévention mis en place dans le réseau ont été efficaces.

Le 12 janvier, 509 travailleurs se trouvaient en isolement préventif et 261 travailleurs avaient reçu un diagnostic de COVID-19.

Les coûts reliés à la COVID-19 représentent par ailleurs 7,36 % du budget du CIUSSS, soit 157 M$.

Maison des aînés : 129 nouvelles places

Un avancement des travaux des trois maisons des aînés et alternatives du secteur nord de Chicoutimi, d’Alma et de Roberval a également été présenté pendant la séance. 

Les trois maisons permettront d’offrir un total de 129 nouvelles places dans le réseau, soit 69 nouvelles places pour les aînés et 60 pour les personnes souffrant d'une déficience physique, a précisé Chantale Boivin, co-mandataire, soutien à l’autonomie des personnes âgées.

Un édifice en construction l'hiver.

Le projet de maison des aînés à Saguenay est situé à Chicoutimi-Nord.

Photo : Avec l'autorisation de la Société québécoise des infrastructures (SQI)

Shirley Hébert, chargée de projet, a expliqué que les premiers résidents pourront intégrer les trois maisons des aînés de Chicoutimi, Alma et Roberval à partir de l’automne 2022, après la livraison attendue des bâtiments en août 2022 par le Groupe Pomerleau. Rappelons que les trois projets totalisent 360 places, soit 120 places dans chaque maison.

Quand on parle d’intégration des premiers résidents, on entend aussi tous les travaux de plans de transition individualisés, les plans de déménagement individualisés pour les résidents, a-t-elle expliqué. On entend aussi les communications avec les familles, qui ont déjà eu lieu, mais qui vont aussi se faire dans les prochains mois.

Les résidents du Centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) de Roberval, du CHSLD d’Alma et du CHSLD Mgr-Victor-Tremblay seront transférés vers chacune des nouvelles maisons des aînés de leur secteur.

Les résidents de l’unité protégée du CHSLD d’Alma, qui accueille des personnes ayant des troubles cognitifs, ne pourront toutefois être transférés. Ce n’est pas nécessairement dans la même vision des maisons des aînés. Donc on est à regarder des alternatives pour ces clients-là, a précisé Chantale Boivin.

Un impact sur la planification des services

La Société québécoise des infrastructures, qui chapeaute les 46 projets de maison des aînés à travers la province, estimait plus tôt en janvier que les travaux des trois maisons dans la région progressaient bien.

La cinquième vague a toutefois un impact sur la planification des services, a indiqué Shirley Hébert. La construction avance au même niveau, toutefois l’organisation concentre ses énergies dans la gestion de cette cinquième vague là, a-t-elle précisé. Donc, on est présentement en évaluation et en replanification des actions dans le projet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !