•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’hôtellerie subit de grandes pertes en Saskatchewan avec le froid et la pandémie

L'hôtel Fairfield de Marriott à Regina, en Saskatchewan.

Le président et chef de la direction de l'Association des hôteliers de la Saskatchewan, Jim Bence, affirme que l'industrie hôtelière subit des pertes financières importantes depuis le début de la pandémie.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'industrie hôtelière de la Saskatchewan subit présentement des pertes financières importantes en raison du froid extrême et de la propagation du variant Omicron.

Le président de l'Association des hôteliers de la Saskatchewan, Jim Bence estime que son industrie est celle qui souffre le plus de la pandémie. Il déplore que le taux d’occupation des hôtels de Regina soit de 18 %, ce qui est extrêmement bas.

Il explique que plusieurs festivals et réunions d'affaires prévus pour les mois de janvier et de février ont été annulés en raison de la pandémie ou du froid extrême. Ces événements font généralement vivre le secteur de l'hôtellerie à cette période de l’année.

De son côté, la présidente-directrice générale de Tourisme Saskatoon, Stephanie Clovechok croit que c’est la difficulté d’entrer dans le pays qui est à blâmer pour les pertes de revenus.

Elle affirme que plusieurs groupes et voyageurs sont découragés de venir au Canada en raison des exigences sanitaires aux frontières.

« Nous avons eu des échos de nos partenaires à travers le pays qui perdent des événements commerciaux de grande envergure aux États-Unis parce qu'il est très difficile d'entrer dans le pays en ce moment. »

— Une citation de  Stephanie Clovechok, présidente-directrice générale de Tourisme Saskatoon

Les représentants du secteur du tourisme et de l’hôtellerie ne croient pas que les choses vont s’améliorer pour eux avant l’arrivée du beau temps et des mois d’été.

Stephanie Clovechok précise toutefois que les revenus des hôteliers laissent à désirer depuis le début de la pandémie, et elle estime que le secteur ne sera pas totalement rétabli avant la fin de l’année 2024.

Avec des informations de Sasha Teman

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !