•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser entrer la lumière, selon Juste Robert

L'artiste a la tête vers la droite, les yeux fermés et porte une couronne dorée.

L'auteur-compositeur-interprète Juste Robert

Photo : Charles-Frédérick Ouellet

Avec Ta théorie de la lumière, Juste Robert s’attarde à la beauté des choses simples. Son nouvel album sort le 28 janvier.

Contrairement à bien des gens, Jean-Robert Drouillard, artiste visuel et auteur-compositeur-interprète qui a pris comme nom de scène Juste Robert, n’a pas touché négativement par la pandémie.

Ça me gêne quasiment de l’avouer, ça m’a mis dans un état de calme et de paix. Je me suis mis à regarder des choses simples, les choses que j'ai autour de moi. La lumière se retrouve au cœur de la plupart des chansons de l'album.

Les morceaux sont écrits comme de petites nouvelles. Si on était en la littérature, on serait dans l'autofiction. C’est moi, c’est mon épouse, mais en fait, ce n'est pas vraiment nous autres.

Une femme de dos ouvre les rideaux d'une grande fenêtre. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La pochette de l'album « Ta théorie sur la lumière »

Photo : La Tribu

Lorsque Juste Robert parle de Ta théorie de la lumière, c’est donc la théorie de sa conjointe. Je parle d’Hélène, qui doit obligatoirement, quand elle se lève, ouvrir les rideaux. Faut que la lumière rentre dans la maison, raconte l’auteur.

C’est un prétexte pour parler de sa femme, de sa candeur, de son incompréhension de la haine et de la violence. C’est comme une chanson d’amour qui ne dit pas je t’aime.

Lui aussi se dit habité par beaucoup de candeur et beaucoup de naïveté. Sur la pièce-titre, Juste Robert exprime ses émotions sur la tuerie de la grande mosquée de Québec.

« Il y a eu une fusillade à Sainte-Foy
un fou dans une mosquée a tiré
j’ai gardé ça pour moi on s’en est pas parlé »

— Une citation de  Paroles de la chanson « Ta théorie sur la lumière », de Juste Robert

Les gens me demandaient, t’es sûr que tu veux t’en aller là? L’auteur-compositeur-interprète assume complètement ces paroles. C’est véritablement moi de parler de ça et du fait que ça m’a touché. Ces mots arrivent à un moment que l’auditeur n’attend pas, entouré par un silence.

On arrête de respirer une seconde dans cette chanson-là.

Juste Robert n’avait pas réalisé que l’album sortirait la veille du cinquième anniversaire de la tragédie.

Folk rock?

La musique de Juste Robert a souvent été étiquetée comme folk rock. Il est pourtant difficile de classer ce nouvel opus dans cette catégorie.

Les sonorités folk et rock se font bien entendre, mais sont accompagnées de guitare électrique, de clavier pop et d’ambiance country. Les percussions sont plus présentes qu’à l’habitude. Tout ça n’était pas dans Juste Robert avant. Ça donne des couleurs nouvelles, avoue l’artiste.

Il expérimente aussi les harmonies vocales pour la première fois. Je ne suis pas très bon musicien, pis c’est des choses que je ne suis pas vraiment capable de gérer par moi-même. Il a confié la tâche à son réalisateur, Shampouing, alias Benoît Villeneuve. Ça me trottait en tête, c’est quelque chose que je trouve beau. Les voix d’Ariane Roy et d’Émilie Clepper se mélangent sur Le gris des fées.

L’album se termine par Un abri pour regarder la pluie, une pièce instrumentale.

Le spectacle de lancement qui devait avoir lieu le 28 janvier au Grand Théâtre de Québec a été reporté au 29 mai. Juste Robert devrait être entouré de cinq musiciens sur scène si personne ne change d’idée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !