•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Percé souhaite faire valoir ses charmes sous la neige

Le rocher Percé et la plage sous la neige.

Percé est magnifique en hiver.

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel Soares

Radio-Canada

Percé, qui ne manque pas de visiteurs en été, souhaite être aussi reconnue comme destination touristique d’hiver. Il est désormais possible d'admirer Percé sous la neige, à partir de la plateforme vitrée suspendue du Géoparc UNESCO.

La Municipalité s'est donné le défi de mettre en place une offre de tourisme hivernal.

Percé est indissociable du tourisme. On a décidé d'essayer de pousser un peu plus les vacances hivernales, indique la directrice de la promotion touristique et culturelle à la Ville de Percé, Marie Leblanc.

« Un Percé actif en hiver, c’est bon pour les visiteurs, mais c’est bon aussi pour la communauté. Ça génère de l’achalandage, de l'activité économique. Les gens sont contents de voir ça. »

— Une citation de  Marie Leblanc, directrice de la promotion touristique et culturelle à la Ville de Percé
Le rocher Percé dans sa livrée d'hiver.

Le rocher Percé dans sa livrée d'hiver

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel Soares

Le village de Percé est plutôt tranquille à cette période-ci de l'année, mais quelques entreprises ont décidé d'ouvrir leurs portes aux visiteurs chaudement vêtus.

Parmi celles-ci, le Géoparc mondial UNESCO qui est ouvert au public cet hiver.

Des prêts à camper hivernaux sont notamment mis à la disposition des touristes sur le site du Géoparc et, pour une première fois, la plateforme vitrée suspendue est accessible cette saison. Les sentiers sont aussi praticables en raquettes.

La vue des sentiers du Géoparc de Percé en hiver.

La vue des sentiers du Géoparc de Percé en hiver.

Photo : Radio-Canada

Selon Jonathan Blais, directeur général du Géoparc, il s’agit d’une première phase de développement du tourisme d’hiver.

« On veut que ce soit un lieu où les gens puissent venir profiter de la montagne et de la mer. »

— Une citation de  Jonathan Blais, directeur général du Géoparc mondial UNESCO

Depuis quatre hivers, le Camp de base Gaspésie est ouvert. L'offre est donc maintenant à l'année pour l'auberge.

Situé à moins de 10 kilomètres du village de Percé, le Camp de base Gaspésie offre des activités d'aventure et plusieurs services.

Auberge Camp de base dans un décor enneigé.

Depuis sa réouverture, le Camp de base Gaspésie est accessible à l'année.

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel Soares

L'auberge sert de relais pour les motoneigistes, une clientèle qui assure une certaine croissance à l'entreprise et une certaine stabilité en période de pandémie.

On voulait vraiment inviter les gens à venir jouer en Gaspésie toute l'année durant, indique le copropriétaire de l'endroit, Jean-François Tapp.

Pour lui, il ne fait pas de doute que le tourisme hivernal est en pleine expansion et qu'il faut en profiter. La pandémie est toutefois un frein à ses projets.

Pour la Ville de Percé, ce développement du tourisme quatre saisons est logique compte tenu de ce qui se passe ailleurs en Gaspésie.

On le voit à Murdochville, dans le parc de la Gaspésie évidemment, un peu partout en Gaspésie, constate Marie Leblanc. On a pris un peu de retard à ce niveau-là.


Marie Leblanc, directrice de la promotion touristique et culturelle à la Ville de Percé

Marie Leblanc, directrice de la promotion touristique et culturelle à la Ville de Percé

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel Soares

On a décidé de prendre les bouchées doubles et d’avancer là-dedans parce qu'on est convaincus, on le voit de toute façon, que le potentiel est gigantesque, ajoute-t-elle.

Pour Jean-François Tapp, c'est un rêve à portée de main.

« Il y a 10, 15 ans, on parlait du tourisme hivernal pis on avait l'air de vrais utopistes. Mais maintenant, visiblement, c'est quelque chose qui est possible. »

— Une citation de  Jean-François Tapp, copropriétaire du Camp de base Gaspésie

La Ville de Percé croit que le développement de l’offre touristique hivernale serait plus élaboré si la pandémie n’était pas venue brouiller les cartes. Certains ajustements seront à faire au cours des prochaines années de développement.

Marie Leblanc conseille fortement aux intéressés de réserver pour éviter les mauvaises surprises.

D’après le reportage de Marguerite Morin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !