•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le SPVM prend un pas de recul sur la refonte des postes de quartier

De très nombreux véhicules de police sont au milieu d'une rue du centre-ville de Montréal, leurs gyrophares en fonction.

Le directeur du SPVM, Sylvain Caron, avait fait part de son intention de revoir l'organisation des services sur le territoire lors de l'étude publique du budget de Montréal, début janvier.

Photo : Radio-Canada / Stéphane Grégoire

Radio-Canada a appris que le directeur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Sylvain Caron, et son équipe de direction ont décidé de renvoyer aux élus de la Commission de la sécurité publique le projet de refonte, et d'éventuelles fusions et fermetures, de postes de quartier pour regrouper certaines ressources policières.

Selon nos sources, la joute politique dont le SPVM a fait l'objet dernièrement a suscité beaucoup de grogne au sein de l'organisation.

Plusieurs personnes, parmi les officiers, voient les interventions de l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville comme une ingérence dans l'indépendance décisionnelle de la police. Personnellement, je pense que des élus en ont profité pour dénaturer les intentions du SPVM au profit de gains politiques, a affirmé un officier de l'état-major, qui n'a pas l'autorisation de parler publiquement.

« La police a été instrumentalisée à des fins partisanes. C'est déplorable. »

— Une citation de  Un officier de l'état-major du SPVM, sous le couvert de l'anonymat

Selon nos informations, ce sera désormais à la Commission de la sécurité publique (CSP) de statuer sur les modalités d'éventuelles décisions sur la fusion, ou non, de postes de quartiers.

Nous allons continuer à poursuivre nos réflexions entre hauts gradés à l'interne, si jamais on nous consulte. Mais désormais, l'ensemble de cette décision sera remise entre les mains des membres de la CSP, tranche ce membre du SPVM près du dossier.

L'opposition satisfaite

Le porte-parole de l'opposition officielle en matière de sécurité publique, Abdelhaq Sari, affirme qu'Ensemble Montréal est satisfait de voir que la CSP sera sollicitée, mais rejette les accusations d'ingérence.

Il est anormal qu’une information de cette envergure sur la fusion et la fermeture de postes de quartier ait été lancée en pleine Commission des finances et de l’administration comme si rien n'était. Il est encore plus anormal qu’il ait fallu questionner l’administration Plante à de multiples et multiples reprises pour connaître la vérité. Si elle avait été franche dès le début, nous n’aurions pas eu besoin de s’assurer que cette façon de faire serait respectée, souligne-t-il dans une déclaration transmise à Radio-Canada.

Le SPVM prend donc un pas de recul après avoir annoncé, lors de l'étude publique du budget de Montréal, sa volonté de mener des consultations externes en vue d'une refonte de sa présence sur le territoire montréalais.

Rappelons que la fermeture de certains postes de quartier avait obtenu l'approbation de la Fraternité des policiers et policières de Montréal.

L'île de Montréal compte actuellement 31 postes de quartier (PDQ). La fermeture à l'automne 2020 du PDQ 11, à Notre-Dame-de-Grâce, et sa fusion avec le PDQ 9, à Côte-Saint-Luc, avaient provoqué de la grogne dans certains milieux.

La prochaine fusion aura lieu dans quelques mois. Au printemps, le PDQ 33 de Parc-Extension sera fermé au profit du PDQ 31 de Villeray. Avec cette fusion, il ne restera plus que 30 postes de quartier sur l'île de Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !