•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrivée imminente des camionneurs : la police d’Ottawa se prépare à toute éventualité

Des camionneurs et des manifestants au Manitoba.

Le passage des camionneurs au Manitoba, mardi, a été passablement remarqué.

Photo : La Presse canadienne / David Lipnowski

Le Service de police d’Ottawa (SPO) peaufine sa préparation pour l’arrivée d’un important nombre de camionneurs devant le parlement. Les autorités se préparent à un événement qui pourrait s’étendre sur plusieurs jours.

Le chef du Service de police d'Ottawa, Peter Sloly, prévoit que les camionneurs pourraient arriver dès jeudi et que la manifestation pourrait s’étendre jusqu’au week-end. D’heure en heure, M. Sloly ne cesse de constater l’ampleur de ce mouvement. Les camionneurs veulent manifester contre la vaccination obligatoire qui leur est imposée par le gouvernement fédéral.

De ce fait, il reste encore beaucoup de décisions à prendre ou de modifications à apporter, sans compter tout ce qui peut arriver dans le feu de l’action.

Dans les autres juridictions [canadiennes], la manifestation centrale impliquant les véhicules a été pacifique, bien coordonnée et de nature coopérative. C'est différent ici, car il s’agit du point d'arrivée de toutes les manifestations et il y aura donc de nombreux autres acteurs impliqués. Il sera beaucoup plus difficile pour nous d'obtenir le même niveau de certitude sur ce qui se passe, a indiqué M. Sloly.

Peter Sloly pose devant le logo du Service de police d'Ottawa.

Le chef du Service de police d'Ottawa, Peter Sloly, a bon espoir que son équipe maîtrise la situation (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean Delisle

Bien conscient que les yeux du Canada seront rivés sur Ottawa pendant quelques jours et que le travail des forces de l’ordre sera scruté à la loupe, le chef de police s'est dit confiant à l’approche du jour J.

Par le passé, nous avons eu à gérer des événements qui ont duré plusieurs jours et nous avons bien fait, a-t-il fait valoir, donnant l’exemple de l’incendie causé par une explosion sur le chemin Merivale plus tôt ce mois-ci.

Collaboration des forces policières

Un poste de commandement sera mis en place afin de permettre au SPO de communiquer avec tous les autres services de police et les organisations communautaires dans un environnement sûr et sécuritaire, précise l’inspectrice du corps policier local, Trish Ferguson.

Cette dernière ne connaît toujours pas le nombre exact de participants attendus au cours de la fin de semaine. L’équipe de planification du corps policier a toutefois pu communiquer avec les organisateurs du convoi de camionneurs, qui ont été productifs et coopératifs.

Par contre, elle a mentionné que les organisations n’ont toujours pas rempli de demande d’autorisation pour tenir une manifestation. Le conseiller municipal Rawlson King les invite à procéder rapidement : On les encourage à le faire afin de pouvoir communiquer avec elles et de s’assurer qu’elles ne contreviennent pas à la loi.

L’un des organisateurs du convoi, John Lefaci, basé à Sudbury, a confirmé que le groupe n’allait pas remplir de demande d'autorisation. Je ne pense pas que nous devons payer ou demander un permis pour manifester dans la capitale de notre pays.

Le directeur général des Services de protection et d’urgence pour Ottawa, Kim Ayotte, a également eu vent de la bonne collaboration des organisateurs. Ils nous ont dit qu’ils vont tout faire afin que que ce soit sécuritaire pour la communauté, a-t-il expliqué lors d’un point de presse.

Toutes les têtes dirigeantes du SPO soutiennent qu’il est essentiel de permettre à ces camionneurs d’exercer leur droit de manifester pacifiquement et que la priorité sera de protéger la population.

Néanmoins, Peter Sloly dit être conscient des coûts importants reliés à cette opération d’envergure : Un tel événement aura des exigences opérationnelles importantes pour l’organisation et entraînera des coûts. Nous ferons de notre mieux pour assurer le recouvrement des coûts dans la mesure du possible.

De son côté, le Service de protection parlementaire dit qu'il est au courant de la manifestation, qu’il suit la situation de près et qu’il ajuste sa posture de sécurité sur la colline du Parlement et dans la Cité parlementaire en fonction des besoins.

Et la sécurité des résidents et des commerçants?

La présidente de la Commission des services policiers d’Ottawa, Diane Deans, demande également aux citoyens et aux visiteurs d’éviter de se rendre au centre-ville. Elle leur suggère même de se rediriger vers Manotick, une banlieue d’Ottawa, et dans les autres communautés en périphérie de la capitale nationale pour différentes activités.

Diane Deans pose pour un portrait dans son bureau.

Diane Deans est également la conseillère municipale du quartier Gloucester-Southgate (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean Delisle

Catherine McKenney, qui représente le quartier Somerset à Ottawa, a fait part aux autorités des inquiétudes de la population quant à cet important convoi et aux risques de débordement dans leur centre-ville et dans leur quartier résidentiel.

Peter Sloly lui a répondu que, pour l’instant, le message est d’éviter les déplacements au centre-ville, surtout ceux qui ne sont pas essentiels et qui nécessitent l’usage d’un véhicule.

On ne demande pas aux gens et aux commerçants de se barricader. Si cela venait à changer, on communiquerait le plus rapidement possible, a-t-il dit.

Gatineau s’y prépare également

De l’autre côté de la rivière des Outaouais, le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) dit se préparer activement en vue de cette manifestation.

Comme pour toute manifestation prévue, nous veillons à établir nos plans d’opération en vue de toute éventualité et nous nous assurons d'avoir les ressources nécessaires afin d’assurer le maintien de l’ordre public sur notre territoire et de permettre aux manifestants d’exercer leurs droits en toute sécurité, a-t-il détaillé par courriel.

L'écusson du Service de police de la Ville de Gatineau sur l'uniforme d'un policier.

Le SPVG anticipe des répercussions du côté de Gatineau (archives).

Photo : Radio-Canada

La mairesse de Gatineau, France Bélisle, assure que les équipes sont prêtes si jamais il y a du mouvement et que le SPVGest prêt à intervenir pour assurer la circulation s’il y a un impact à Gatineau.

Avec les informations de Claudine Richard et de Frédéric Pepin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !