•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

États-Unis : le juge progressiste de la Cour suprême Stephen Breyer va se retirer

Stephen Breyer pose pour un portrait de groupe avec les autres juges.

Stephen Breyer, juge à la Cour suprême américaine, le 23 avril 2021

Photo : Getty Images

Agence France-Presse

Le juge progressiste Stephen Breyer va quitter ses fonctions à la Cour suprême des États-Unis avant les élections de mi-mandat, ce qui offrira la possibilité au président Joe Biden de nommer son successeur au sein de la puissante institution.

Le magistrat de 83 ans, qui occupe ce poste depuis près de 28 ans, a l'intention de se retirer à la fin de la session en cours, qui se termine le 30 juin. Il devrait annoncer sa décision à la Maison-Blanche d'ici peu, ont rapporté mercredi plusieurs médias américains en s'appuyant sur des sources anonymes.

La porte-parole de la présidence, Jen Psaki, a assuré dans un tweet ne pas avoir de détails ni d'informations à ce stade, soulignant qu'il revenait aux juges de la Cour suprême de décider quand ils veulent partir et de l'annoncer comme ils l'entendent.

La Cour suprême n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

Mais, sans attendre, le chef démocrate du Sénat, Chuck Schumer, s'est dit prêt à organiser rapidement une audience de confirmation pour son successeur.

Course contre la montre pour les démocrates

Stephen Breyer, un magistrat brillant connu pour son ton espiègle, est depuis des mois sous une intense pression, plusieurs voix à gauche l'appelant à démissionner avant le scrutin de novembre lors duquel les démocrates risquent de perdre le contrôle du Sénat.

La Constitution américaine prévoit en effet que les neuf sages de la Cour suprême soient nommés à vie par le président et confirmés par la chambre haute du Congrès.

Et les républicains ne cachent pas qu'ils pourraient bloquer un candidat choisi par Joe Biden s'ils reprennent la majorité au Sénat, comme ils l'ont fait en 2018 quand Barack Obama a tenté de pourvoir un poste ouvert par le décès d'un des magistrats.

Stephen Breyer a jusque-là refusé de dévoiler ses intentions, déclarant simplement qu'il n'avait pas l'intention de mourir à la Cour. Si son départ se confirme, une femme noire devrait, pour la première fois dans l'histoire, faire son entrée au sein du temple du droit américain.

Joe Biden, qui a été élu grâce au soutien des électeurs noirs, a en effet promis que, s'il en avait l'occasion, il nommerait une Afro-Américaine au sein de la haute juridiction. Les noms de Ketanji Brown Jackson, magistrate à la Cour d'appel fédérale de Washington, et de Leondra Kruger, juge à la Cour suprême de Californie, circulent avec insistance.

Portrait de Ketanji Brown Jackson.

Le nom de la juge de la Cour d'appel fédérale de Washington Ketanji Brown Jackson circule parmi les candidats potentiels à la Cour suprême.

Photo : Associated Press / Tom Williams

Un net virage à droite

Les nominations à la Cour suprême, qui arbitre la plupart des grands sujets de société aux États-Unis, sont l'objet depuis quelques années de féroces batailles politiques.

Lors de son mandat, le républicain Donald Trump a fait entrer trois juges en son sein, ce qui a solidement ancré l'institution dans le conservatisme. Leur influence s'est fait particulièrement ressentir depuis septembre, avec un net virage à droite.

Le temple du droit a déjà invalidé l'obligation vaccinale dans les grandes entreprises décrétée par Joe Biden et semble prêt à revenir sur le droit à l'avortement, à élargir le droit au port d'armes ou encore à démanteler certaines régulations environnementales.

Même si le remplacement du juge Breyer ne modifie pas les équilibres en son sein, l'annonce de son probable départ a immédiatement mis Washington en ébullition.

Le sénateur républicain Lindsey Graham a déjà laissé entendre qu'aucun membre de son parti ne soutiendrait le futur candidat de Joe Biden. Son confrère démocrate Dick Durbin espérait, lui, que le prochain juge apporte diversité, expérience et une approche équilibrée de la justice au sein de la Cour.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !