•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accusations portées contre un homme qui aurait attaqué une musulmane à Edmonton

La mosquée Al Ameen.

La mosquée Al Ameen, dans le nord-est d'Edmonton.

Photo : Facebook/mosquée Al Ameen

Radio-Canada

La police d'Edmonton a porté des accusations contre un homme de 34 ans qui aurait attaqué une femme musulmane noire et tenté de vandaliser une mosquée le jour de l’An.

L’attaque a eu lieu alors que les trois jeunes enfants de la victime étaient dans la voiture devant la mosquée Al Ameen, à l’angle de la 54e Rue et de la 122e Avenue.

L'agresseur a craché sur la vitre de la voiture, a donné de nombreux coups de poing dans la voiture, a proféré plusieurs menaces islamophobes violentes et a endommagé les biens de la mosquée, indique un communiqué du Conseil national des musulmans canadiens (CNMC)

Le communiqué ajoute que l’homme a quitté la scène de l’incident à un certain moment avant d’y revenir avec une pelle et continuer son agression.

Le CNMC est profondément préoccupé et qualifie le nombre croissant d'attaques islamophobes en Alberta d’alarmant.

La communauté dans la peur

Selon le président-directeur général du CNMC, Mustafa Farooq, l’incident a bouleversé de nombreux membres de la communauté.

« Des incidents comme celui-ci entraînent un grand traumatisme, ils entraînent un grand degré d'insécurité et entraînent une grande peur. »

— Une citation de  Mustafa Farooq, président-directeur général du CNMC

Mustafa Farooq souhaite que tous les ordres de gouvernement travaillent ensemble et utilisent les recommandations d'un sommet national sur l'islamophobie organisé par le CNMC. Ce dernier travaille également avec la Ville sur sa stratégie.

Le conseil municipal d'Edmonton a adopté une motion lors de sa première réunion après les élections.

Elle demande à l'administration municipale de travailler avec le comité consultatif antiraciste d'Edmonton et les communautés racialisées pour lutter contre la violence haineuse. Un rapport devrait être publié à la mi-février.

Le maire Amarjeet Sohi est attristé par la nouvelle attaque. Je ne peux pas imaginer la peur que la victime et ses enfants ont dû ressentir, dit-il dans un courriel.

Personne ne devrait jamais se sentir en danger à cause de la couleur de sa peau, de sa religion ou de toute autre raison. La lutte contre la violence fondée sur la haine est une priorité absolue pour notre conseil municipal, ajoute-t-il.

L'agresseur a été accusé de méfait de moins de 5000 $ et de profération de menaces.

Les enquêteurs ont également recommandé que l'article 718.2 du Code criminel du Canada soit appliqué dans ce cas, ce qui permet aux tribunaux d'envisager une augmentation de la peine lorsqu'il y a des preuves que l'infraction était motivée par la haine, indique la police d'Edmonton dans un courriel envoyé mardi.

Avec les informations de Tricia Kindleman

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !