•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un deuxième bris d’aqueduc en moins d’une semaine à Coaticook

Un camion et une grue devant un trou rempli d'eau.

Un bris d'aqueduc est survenu mercredi au coin des rues Main Ouest et Thomas, à Coaticook.

Photo : Avec l'autorisation de la Ville de Coaticook

Radio-Canada

Un deuxième bris d'aqueduc en moins d’une semaine a entraîné des coupures et des diminutions importantes de la pression d’eau à Coaticook.

Une conduite d’eau s’est brisée mercredi matin à l’intersection des rues Thomas et Main Ouest. Le premier bris était survenu le 17 janvier, sur la rue Bellevue.

Le bris, survenu en haut d’une pente, a fait en sorte que l’eau s'est amassée au centre-ville de Coaticook. Avec la température extérieure glaciale, certaines rues, dont la rue Child, ont été transformées en patinoires, selon la Ville.

Vers 6 h 00, 6 h 15, bris d'aqueduc majeur sur une conduite de 14 pouces. Beaucoup beaucoup de mètres cubes d’eau se sont déversés vers le centre-ville de Coaticook. Beaucoup de glace dans les rues, sur les trottoirs, partout au centre-ville, car ce matin à Coaticook il faisait -26 degrés, explique Simon Madore, le maire de la Ville.

On a fait des digues un peu pour diriger l’eau vers la canalisation pluviale. Après ça, on a pu déglacer le centre-ville et remettre le centre-ville en fonction, continue-t-il.

« On a travaillé toute la journée à trouver la source de la fuite. Elle était évidente, mais il fallait creuser et passer au travers du gel qui est sous la route 141, à environ quatre pieds de profondeur. »

— Une citation de  Simon Madore, maire de Coaticook

Selon lui, le froid pourrait être derrière le bris.

Je ne dis pas, à l’heure où on se parle, que c’est ce qui a affecté la conduite, mais il peut y avoir eu déplacement de terrain avec le gel et le dégel qui a conduit à un bris d'aqueduc majeur, souligne le maire.

L'approvisionnement en eau de certains résidents a été perturbé, ajoute-t-il. Pour colmater la conduite, il a fallu réduire l’eau qui passe dedans, voire la couper complètement. [...] On est à réaliser les travaux, tout sera remis en fonction, mais très lentement, car une conduite majeure comme celle-ci, il faut éviter les coups de bélier comme on appelle dans le jargon qui peuvent survenir. Avec de la plomberie fragile par le gel ou toute autre circonstance, on veut éviter d’autres bris d’aqueduc comme celui-là.

Une fois la situation rétablie, les citoyens devront respecter un avis de faire bouillir l’eau potable pour environ une semaine.

Le secteur de Barnston est exclu de l’avis de faire bouillir l'eau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !