•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La reprise des activités parascolaires sportives est bien accueillie sur la Côte-Nord

Des adolescentes en train de jouer au volleyball dans un gymnase.

Un maximum de 25 personnes de moins de 18 ans pourront prendre part à une même activité. Toutefois, le retour à la compétition devra attendre (archives).

Photo : iStock

Des figures régionales du monde des sports se réjouissent du retour des enfants sur les plateaux sportifs, plus d’un mois après l’interruption soudaine des activités parascolaires.

Le président de l’Association de hockey mineur de Sept-Îles, Steve Lebel, estime que l’annonce de mardi du gouvernement Legault tombe à point.

On avait un semblant de saison normale de hockey, jusqu’en décembre, se désole-t-il. Trop loin sont les saisons durant lesquelles les jeunes pouvaient jouer sans restrictions et sans interruption, selon lui.

Le président de l'association du hockey mineur de Sept-Îles, Steve Lebel, portant un masque et répondant aux questions de Radio-Canada.

Le président de l’Association de hockey mineur de Sept-Îles, Steve Lebel, est satisfait des assouplissements annoncés mardi (archives).

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Mais l’annonce du déconfinement progressif au Québec laisse présager des assouplissements qui pourraient satisfaire les jeunes sportifs, qui font le pied de grue depuis l’arrêt de leurs saisons respectives en décembre. C’est une bonne nouvelle, parce que les équipes vont pouvoir pratiquer tout le monde ensemble, affirme Steve Lebel.

Un bon début

Le déconfinement des activités parascolaires prévoit seulement de permettre les entraînements au sein d’une même équipe, pour l’instant.

Un maximum de 25 personnes de moins de 18 ans pourront prendre part à une même activité. Toutefois, le retour à la compétition devra attendre.

Ça va dans le bon sens, au moins, estime Philippe LeBreux, directeur adjoint de Loisir et sport Côte-Nord, un organisme qui favorise le développement du loisir, du plein air, du sport et de l’activité physique chez les Nord-Côtiers. La clientèle de l’organisme est principalement composée d’enfants de la région.

Philippe Lebreux, agent de développement Loisir et Sport Côte-Nord et chef de délégation pour les jeux du Québec, en studio à Radio-Canada Côte-Nord

Philippe Lebreux, directeur adjoint à Loisir et Sport Côte-Nord et chef de délégation pour les jeux du Québec, estime que les sports permettent aux jeunes de se développer en tant qu'humains (archives).

Photo : Radio-Canada / Mélissa Marcil

La semaine dernière, on n’avait toujours pas de dates de reprise d’entraînements, donc ça va vite, se réjouit-il.

C’est sûr qu’on aurait préféré être capables de faire des matchs locaux, mais c’est un début malgré tout, lance M. Lebel. On est un peu découragés de ne pas démarrer la machine au complet tout de suite.

Une reprise attendue

Les jeunes sportifs ont dû s’armer de patience au cours des deux dernières années et encore une fois lors du dernier mois. Mais la mèche devenait de plus en plus courte, indique Steve Lebel.

Selon lui, il se peut que certains jeunes décident de ne pas revenir au jeu dans les prochaines semaines, faute de motivation. L’annonce des assouplissements n’aurait pas pu tarder davantage, d’après lui.

« Si l’annonce était tombée un mois plus tard, ça aurait été plutôt difficile de ramener des équipes complètes sur la glace. »

— Une citation de  Steve Lebel, président de l'Association de hockey mineur de Sept-Îles

Du moins, si on peut pratiquer de février à avril, ce sera bénéfique pour nos jeunes, estime-t-il. Mais on ne souhaite pas revenir en arrière.

Le sport, pour un jeune, c’est souvent un milieu de regroupement et de partage avec ses amis, rappelle Philippe LeBreux. C’est un milieu où les jeunes peuvent se développer en tant qu’humains.

Il anticipe que d’interdire, pendant de longues périodes, l’accès aux sports pour les jeunes ne fera que créer des manques dans leur processus de développement.

Steve Lebel espère maintenant que les jeunes sportifs pourront croiser le fer d’ici la fin de la saison. On espère l’annonce des matchs locaux et régionaux en février.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !