•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un programme de la Croix-Rouge pour aider les aînés néo-brunswickois à vivre chez eux

Une dame âgée assemble un casse-tête.

La Croix-Rouge canadienne cherche des bénévoles dans le cadre de son programme Connexion Nouveau-Brunswick pour aider des personnes âgées à vivre chez elles.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Connexion Nouveau-Brunswick, un programme gratuit de la Croix-Rouge canadienne, vise à mettre les personnes de 65 ans et plus en contact avec les services communautaires dont elles ont besoin pour demeurer chez elles.

Il s’agit de répondre à un besoin, selon le coordonnateur communautaire du programme dans le Grand Moncton, Gilmond Savoie.

J’ai vraiment l'impression qu’il y a un gros besoin. Je ne veux pas y aller de façon trop personnelle, mais j’ai pris garde à ma mère. Quand j’ai pris garde à ma mère, c’est vraiment difficile de trouver les services qui étaient offerts. Donc, c’est ce qu’on essaie de faire. C’est de dire aux personnes âgées : "Oui, vous avez besoin de ça, puis il y a un programme qui existe, on est capables de vous aider, on est là pour vous", pour qu'elles ne se sentent pas seules dans la communauté, explique Gilmond Savoie.

Gilmond Savoie interviewé devant les bureaux de la Croix-Rouge.

La Croix-Rouge canadienne cherche des bénévoles dans le cadre du programme Connexion Nouveau-Brunswick, indique le coordonnateur communautaire du programme dans le Grand Moncton, Gilmond Savoie.

Photo : Radio-Canada

Connexion Nouveau-Brunswick est né dans le cadre du Projet pilote sur les aînés en santé, un programme fédéral de 75 millions de dollars. Dans un premier temps, il sera mis en place à Moncton, Miramichi, Saint-Jean et Saint Andrews.

L’Association des aînés francophones du Nouveau-Brunswick a aussi pour mission d’améliorer le bien-être des personnes âgées. Son directeur général, Jules Chiasson, explique pourquoi il est préférable qu’elles vivent chez elles.

Enfin, il y a deux grandes raisons. La première, c’est qu’on veut améliorer le bien-être et le mieux-être des aînés, et le plus longtemps qu’une personne aînée va rester à la maison, disons, la qualité de vie s’améliore comparativement si la personne doit déménager dans un foyer de soins. Et la deuxième raison, c’est beaucoup plus économique pour le gouvernement, indique Jules Chiasson.

La Croix-Rouge cherche des bénévoles

Vivre chez soi est bénéfique pour les personnes âgées en bonne santé. Elles ont parfois seulement besoin d’un peu d’aide.

Tout ça, le programme, est basé sur des bénévoles. On demande des bénévoles dans la région qui vont avoir une formation avec la Croix-Rouge canadienne, souligne Gilmond Savoie.

La province estime que seuls 3 % des Néo-Brunswickois âgés de plus de 65 ans vivent dans des foyers de soins et que l’espérance de vie actuelle y est de 82 ans.

D’après un reportage de Maria-Isabelle Noël

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !