•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Katimavik de retour à Brandon pour ses 45 ans

Un groupe de neuf personnes vêtues de chandails de Katimavik devant une maison.

Le programme Katimavik a eu plus de 37 000 participants dans ses 45 ans d’existence.

Photo : Katimavik

Katimavik augmente sa présence au Manitoba pour célébrer son 45e anniversaire le 26 janvier. Depuis deux semaines, Brandon accueille un groupe du programme national de volontariat jeunesse fondé en 1977 par l’ancien sénateur Jacques Hébert.

Les deux plus grandes villes du Manitoba, soit Winnipeg et Brandon, ont maintenant leur groupe de volontaires âgés de 17 à 25 ans inscrits à l’Expérience nationale de Katimavik.

Winnipeg a son groupe depuis 2018, soit depuis la relance du programme qui avait été interrompu en 2012 après des coupes budgétaires du gouvernement conservateur.

Les jeunes participants vivent ensemble dans une maison et font du volontariat dans des organismes à but non lucratif de la communauté. Le programme dure 5 mois, pendant lesquels ils visiteront deux communautés canadiennes.

Sept jeunes composent le groupe actuel de Brandon. En temps normal, loin de la pandémie, les groupes sont formés de 11 jeunes qui représentent la démographie canadienne.

Jusqu’à maintenant, la Franco-Ontarienne originaire de Timmins, Meaghan Foster, est enchantée par son expérience.

La ville de Brandon, même si elle est froide en température, elle est vraiment chaude en communauté. C’est rafraîchissant de voir une communauté si belle avec tellement de beaux gens. Tout le monde est accueillant. Les bâtiments ont un caractère européen et manitobain à la fois, c’est beau, a-t-elle lancé en entrevue à Radio-Canada.

Meaghan Foster porte des lunettes et une tuque noires avec le logo de Katimavik.

Meaghan Foster, originaire de Timmins en Ontario, participe à Brandon au programme Katimavik.

Photo : Meaghan Foster

La participante âgée de 18 ans répartit ses semaines de volontariat dans deux endroits. Le matin, elle donne un coup de main à la banque alimentaire Samaritain House Ministries, et l'après-midi, à la galerie d’art Art Gallery Of Southwestern Manitoba.

Le maire de Brandon, Rick Chrest, est heureux que Katimavik revienne dans sa communauté. La dernière fois qu’un groupe s’y est établi, c'était en 2008-2009. Brandon était l’une des 107 communautés qui accueillaient des volontaires.

Les participants ont un grand impact pour les organismes qu’ils aident. Le groupe fournit environ 270 heures de volontariat par semaine aux organismes. […] On est ravi de les accueillir et que notre population puisse apprendre à les connaître, explique le maire.

Les organismes partenaires à Brandon :

  • Le Centre d'amitié autochtone de Brandon
  • Manitoba Harm Reduction Network, qui milite pour la prévention des surdoses
  • La galerie d'art Art Gallery Of Southwestern Manitoba
  • La soupe populaire Helping Hands
  • La banque alimentaire Samaritan House Ministries
  • L'organisme d'employabilité Career Connections
  • L'organisme de promotion de la santé et de l'éducation sexuelle Sexuality Education Resource Centre

Source : Katimavik et le maire de Brandon, Rick Chrest

Vers plus de développement

Brandon et Winnipeg ont été choisies par Katimavik pour leur côté pratique en ce qui concerne le transport, notamment.

On voulait avoir accès aux ressources [de santé notamment, NDLR] proches sans enlever des ressources aux petites communautés, surtout en temps de pandémie. Avec Brandon et Winnipeg, ça nous permet aussi d’avoir du personnel près géographiquement et ça nous donne l’occasion de faire des activités entre les deux groupes, indique Elliott Boulanger, de l’équipe de direction opérationnelle de Katimavik à la supervision des projets.

Depuis cet hiver, Katimavik compte 10 groupes au total, au Manitoba, en Colombie-Britannique, en Alberta, en Ontario, au Québec, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse. Il s'agit de quatre groupes de plus qu'à l'automne.

L’organisme se réjouit de cette expansion, rappelant qu’il y a 10 ans, avant que les fonds fédéraux ne soient coupés, Katimavik accueillait des participants dans 54 communautés canadiennes.

Pour le 45e anniversaire de l’organisme, Elliott Boulanger pense qu'il va encore grandir, avec en vue de belles occasions de diversifier la programmation.

Un groupe de jeunes dans un champ.

Au fil des ans, des groupes de Katimavik se sont établis dans plusieurs communautés au Manitoba comme Winnipeg, Brandon, Saint-Pierre-Jolys, Thompson et Steinbach.

Photo : Katimavik

Depuis 2016, Katimavik s’engage à promouvoir la sensibilisation à la vérité et la réconciliation.

L’organisme a récemment lancé FuturParfait, un autre pan de sa programmation visant cette fois à aider à contrer la pénurie de main-d’œuvre avec une formation à l’emploi. Des participants sont jumelés avec un employeur dans une nouvelle ville pendant trois mois et ils vivent en groupe.

Meaghan Foster s’estime chanceuse de faire partie de l’histoire du programme.

Depuis 1977, plus de 37 000 jeunes ont pris part à l’un des programmes de Katimavik.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !