•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa compte maintenir l’exigence du vaccin pour les camionneurs

Un convoi de camions à destination d'Ottawa circule sur l'autoroute 2 en Alberta.

Un convoi d'opposants à la vaccination obligatoire des camionneurs devant traverser le pays a déjà récolté des millions de dollars en sociofinancement.

Photo : Radio-Canada / Donna McElligott

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral affirme qu'il ne reculera pas sur son exigence pour les camionneurs transfrontaliers d'être vaccinés contre la COVID-19, malgré l'opposition de certains conducteurs et de groupes les représentant.

Dans un communiqué conjoint publié mardi, le gouvernement fédéral et le président de l'alliance, Stephen Laskowski, ont reconnu les défis sans précédent d'un secteur qui expédie la grande majorité des produits alimentaires et de consommation, mais ont souligné que la vaccination était la voie vers la santé économique.

Les vaccins, les médicaments, les équipements de protection individuelle, la nourriture et les produits continuent d'arriver à bon port grâce aux efforts de nos conducteurs dévoués de camions commerciaux, ont déclaré M. Laskowski, le ministre du Travail, Seamus O'Regan, le ministre des Transports, Omar Alghabra, et la ministre de l'Emploi, Carla Qualtrough.

Le gouvernement du Canada et l'Alliance canadienne du camionnage sont d'accord pour dire que la vaccination, jumelée aux mesures préventives de santé publique, est l'outil le plus efficace pour réduire le risque posé aux Canadiens par la COVID-19 et pour protéger la santé publique.

Dans une entrevue à l’émission Power & Politics de CBC, le ministre Aghabra a déclaré que le gouvernement n'était pas intéressé par des alternatives comme les tests rapides pour les camionneurs non vaccinés. Il a souligné que les camionneurs et l'industrie au sens large avaient eu des mois pour se préparer à la nouvelle réglementation et que les chauffeurs devaient maintenant se faire vacciner ou arrêter de traverser la frontière.

Notre plan est de vaincre la COVID et de mettre fin à la pandémie le plus rapidement possible, a dit M. Alghabra. Ce que nous faisons en ce moment, c'est pour la protection des chauffeurs routiers, mais aussi pour la protection de nos chaînes d'approvisionnement et de notre économie.

Le site GoFundMe gèle les 4,5 millions $ destinés au convoi de camionneurs

Un convoi de manifestants – comprenant des camionneurs et des membres de groupes largement opposés aux restrictions de la santé publique – devrait se rendre à Ottawa ce week-end pour organiser une manifestation sur la colline du Parlement.

Le site de sociofinancement GoFundMe a indiqué avoir gelé les quelque 4,5 millions de dollars mobilisés par le convoi.

Nous exigeons des gens qui mobilisent de l'argent qu'ils soient transparents au sujet des fonds et qu'ils aient un plan clair sur la façon dont ils seront dépensés. Dans ce cas, nous sommes en communication avec l'organisateur pour vérifier cette information, a expliqué dans un courriel Rachel Hollis, porte-parole de la plateforme de financement collaboratif.

Les fonds seront conservés en toute sécurité jusqu'à ce que l'organisateur soit en mesure de fournir la documentation à notre équipe sur la manière dont ils seront distribués.

Mardi après-midi, ces fonds avaient été recueillis auprès de 58 300 donateurs, selon la page GoFundMe du "Freedom Convoy" — le Convoi de la liberté.

Plusieurs personnes sur le bord de la route, dont deux qui tiennent une banderole où l'on peut lire : « Reprendre la liberté ».

Des manifestants se sont rassemblés sur le bord de la route à Kamloops pour montrer leur soutien aux camionneurs ce week-end.

Photo : offert par Candice Camille

Tamara Lich, qui est également secrétaire du nouveau parti séparatiste de l'Ouest canadien Maverick, a lancé la campagne le 14 janvier. Elle affirme que l'argent ira au carburant ainsi qu'à la nourriture et au logement des conducteurs participants.

Notre gouvernement actuel met en œuvre des règles et des obligations qui détruisent les fondements de nos entreprises, de nos industries et de nos moyens de subsistance, indique la page GoFundMe du convoi.

Nous sommes un pays pacifique qui a aidé à protéger les nations du monde entier contre les gouvernements tyranniques qui ont opprimé leur peuple, et maintenant il semble que cela se produit ici.

Mme Lich a cependant averti que les actes de violence ou de vandalisme ne seront pas tolérés pendant l'événement.

Si vous voyez des participants en cours de route qui se conduisent mal, agissent de manière agressive ou incitent à tout type de violence ou de haine, veuillez noter le numéro du camion et leur numéro de plaque d'immatriculation afin que nous puissions les transmettre à la police, a-t-elle déclaré dans une vidéo publiée sur la page Facebook du Convoi de la liberté.

Elle a ajouté que tous ceux participant au convoi doivent s'inscrire auprès de leurs capitaines de route et que quiconque ne se comporte pas de manière ordonnée sera immédiatement expulsé.

Depuis le 15 janvier, le gouvernement fédéral exige que les camionneurs canadiens soient complètement vaccinés s'ils veulent éviter une quarantaine de 14 jours lorsqu'ils traversent la frontière depuis les États-Unis.

Le ministre O'Regan a également annoncé que la vaccination deviendrait obligatoire pour tous les travailleurs des industries sous réglementation fédérale, bien qu'aucun calendrier n'ait été fixé.

L'Alliance canadienne du camionnage, qui a condamné la manifestation du convoi, estime que plus de 85 % des 120 000 camionneurs canadiens qui traversent régulièrement la frontière sont vaccinés, mais qu'environ 16 000 d'entre eux pourraient être mis à l'écart en raison de la nouvelle restriction, ce qui exacerbe les problèmes de la chaîne d'approvisionnement.

Jason Kenney discute avec des gouverneurs américains

Les conducteurs de poids lourds se dirigent vers une manifestation qui doit avoir lieu samedi, à Ottawa, où des camionneurs de partout au pays prévoient de converger.

Samedi dernier, les États-Unis ont interdit aux conducteurs canadiens non vaccinés d'entrer dans leur pays, reflétant le filtre frontalier du Canada pour les camionneurs américains.

Dans une publication sur Twitter montrant lundi des photos d'étagères d'épicerie dégarnies, le premier ministre de l'Alberta, Jason Kenney, a affirmé qu'il était au téléphone avec des gouverneurs américains ce matin-là, qui partageaient ses inquiétudes. Il a ajouté qu'il travaillait sur une lettre conjointe au président américain Joe Biden et au premier ministre Justin Trudeau pour mettre fin aux exigences de vaccination.

Reese Evans, directeur général d'Evans Trucking, a indiqué que 14 de ses 36 chauffeurs qui transportent généralement du bois en traversant la frontière Alberta-Montana n'étaient pas vaccinés — et qu'ils étaient essentiellement sans travail depuis l'entrée en vigueur des nouvelles règles. Son entreprise a fait don de 5000 $ à la campagne GoFundMe du convoi.

Quand vont-ils s'arrêter pour se rendre compte qu'il faut arrêter de jouer avec les moyens de subsistance des gens? s'est-il demandé.

Les associations professionnelles ont condamné les manifestations sur les routes et les autoroutes, mais M. Evans a indiqué que les manifestations prévues près des points de passage frontaliers à travers le pays ce week-end seront sûres et légales.

Avec les informations de John Paul Tasker et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !