•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des battues pour chasser les loups s’organisent près de Sept-Îles

La Ville exhorte les résidents à la prudence.

Un loup dans la neige.

Quelques loups ont été observés dans les secteurs de Moisie et Mani-utenam.

Photo : Laurent Paquet

Radio-Canada

Quelques loups ont été observés dans les secteurs de Moisie et Mani-utenam, près de Sept-Îles, depuis la fin de semaine. Plusieurs citoyens les ont aperçus en plein jour, directement entre les maisons et le long des routes.

La meute effraie les gens des communautés où elle a été vue. À Mani-utenam, des groupes de chasseurs ont organisé des battues pour éloigner et chasser les loups qui représentent, selon eux, une menace pour la sécurité des enfants et des animaux domestiques.

Shannon Vollant, qui en a abattu un dans les derniers jours, explique vouloir protéger sa communauté.

C’est rendu qu’ils se rendent dans le village durant la nuit. Ils viennent s’aventurer ici près des maisons. On a des enfants à proximité et une école à même pas un kilomètre d’ici, explique Shannon Vollant.

Shannon Vollant, de Mani-utenam, sur sa motoneige.

Shannon Vollant, de Mani-utenam, sur sa motoneige

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

« Je n’ai jamais vu autant de loups près de la communauté comme ça. Moi, je vois ça comme un problème. »

— Une citation de  Shannon Vollant, chasseur de Mani-utenam

De son côté, la Ville de Sept-Îles demande à la population de garder ses animaux de compagnie sous surveillance, pour éviter d'attirer les loups.

La SPCA de la Côte-Nord a également lancé le même message lundi sur sa page Facebook en recommandant de ne pas laisser son animal de compagnie seul à l’extérieur.

La Ville de Sept-Îles invite les personnes qui aperçoivent un loup à communiquer avec le bureau de la protection de la faune.

Patrick Gwilliam est directeur général de la Ville de Sept-Îles.

Patrick Gwilliam est directeur général de la Ville de Sept-Îles.

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

Il faut, bien sûr, être très prudent et le signaler à la faune à chaque fois qu'on a une présence de loup dans les secteurs urbains, précise Patrick Gwilliam.

Le risque pour la sécurité de la population est toutefois très faible, selon la Municipalité et le professeur titulaire au Département de biologie de l'Université Laval, Daniel Fortin.

Il faut faire attention si on a de la nourriture qu’on trimballe avec nous et aussi si une proie a été tuée à proximité du village. Il faut être aux aguets et regarder les traces, explique M. Fortin en entrevue mardi à l'émission Boréal 138.

« Voir des loups qui s’approchent aussi près des villes, c’est extrêmement rare. »

— Une citation de  Daniel Fortin, professeur titulaire au Département de biologie de l'Université Laval

Selon Daniel Fortin, si on tombe face à face avec un loup, il faut reculer tranquillement. Et si le loup semble curieux, il faut se faire grand et parler fort.

Avec les informations de Félix Lebel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !