•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des assouplissements nécessaires, disent des médecins

Une femme souffrant de COVID-19 intubée dans un hôpital.

Une femme souffrant de COVID-19 intubée dans un hôpital. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Même si le Québec est « sorti du tunnel », François Legault n’a annoncé que de légers assouplissements aux mesures sanitaires en vigueur. La situation dans les hôpitaux a beau être fragile, des médecins croient que le gouvernement devait permettre aux Québécois de respirer.

Avec 3278 personnes toujours hospitalisées en raison de la COVID-19 au Québec, il faut y aller mollo avec ce nouveau déconfinement, a martelé le premier ministre lors d’un point de presse mardi après-midi.

Le Dr Alexis Turgeon, médecin spécialiste en soins intensifs CHU de Québec-Université Laval, observe lui aussi que la situation dans les hôpitaux de Québec demeure délicate.

Je pense que notre capacité hospitalière pour les prochaines semaines est gérable, mais elle est étirée, souligne-t-il.

Depuis quelques jours, il remarque un certain équilibre entre le nombre de patients admis à l’hôpital avec la COVID-19 et ceux qui obtiennent leur congé.

Est-ce que tout est sous contrôle? Loin de là. Est-ce que la situation est pire qu'elle l'était il y a deux semaines? Non. Elle est relativement stable, mais elle n'est pas nécessairement mieux, résume-t-il.

Un relâchement nécessaire

Aux yeux d’Alexis Turgeon, le gouvernement se devait tout de même de donner un peu d’air à la population afin de préserver l’adhésion de celle-ci aux mesures sanitaires.

Le Dr Mathieu Simon, pneumologue et chef des soins intensifs à l’IUCPQ, croit aussi que le gouvernement a pris la bonne décision.

« Non seulement la situation le permettait, mais la situation globale le demandait. C'est vrai que les hôpitaux sont sous haute tension, mais la société l'est encore plus. »

— Une citation de  Dr Mathieu Simon, chef des soins intensifs, IUCPQ

Le pneumologue croit d’ailleurs que, si le Québec se prépare comme il le faut à affronter une prochaine vague, il n’y a pas de raison de confiner à nouveau la population.

Je ne nous vois pas retourner en confinement, à moins qu'on ait un autre variant hyper contagieux et plus dangereux qui nous surprend.

Stabilité dans les hôpitaux

Le nombre de nouveaux cas de COVID-19 dans la Capitale-Nationale et en Chaudière-Appalaches connaît une légère fluctuation depuis quelques jours.

Selon le Dr Simon, le nombre d’hospitalisations dans la région de Québec a atteint un pic au cours de la fin de semaine dernière.

Dans son plus récent bilan quotidien, le ministère de la Santé dénombre 266 hospitalisations dans la Capitale-Nationale, soit une augmentation de trois par rapport à la veille. Un total de 22 personnes sont soignées aux soins intensifs.

En Chaudière-Appalaches, une légère tendance à la baisse est perceptible depuis quelques jours. En date de mardi, on compte 122 hospitalisations, dont 12 aux soins intensifs. Les deux régions enregistrent respectivement 9 et 3 décès supplémentaires au cours des dernières 24 heures.

Il ne faut pas que les chiffres montent. Il faut que ça reste stable pour que ce déconfinement partiel soit réussi, ajoute le Dr Turgeon.

Des projections, qui seront publiées plus tard cette semaine, devraient à nouveau laisser entrevoir une diminution du nombre d’hospitalisations au cours des prochaines semaines, comme l’a souligné le ministre de la Santé Christian Dubé. Malgré cela, il manque toujours plus de 12 000 employés dans le réseau de la santé du Québec, dont environ 1500 dans la Capitale-Nationale et en Chaudière-Appalaches.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !