•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une vingtaine de minimaisons pour itinérants de Mike Ward iront à Drummondville

Des objets et un abri temporaire à l'extérieur.

Même si elle est davantage visible dans les grands centres, l'itinérance existe aussi en région, comme à Drummondville.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Radio-Canada

Drummondville a, à son tour, levé la main pour récupérer les minimaisons offertes par Mike Ward à la Ville de Montréal, qui a décliné l'offre.

L’humoriste voulait offrir 25 de ces « tentes » en bois isolées à la Ville de Montréal afin d’aider à loger des personnes itinérantes cet hiver. La Ville a refusé son offre, en indiquant que le problème était ailleurs.

Victoriaville confirmait, lundi, qu'elle allait recevoir cinq de ces abris temporaires. Quant à la Ville de Drummondville, ce sont les 20 maisonnettes restantes qui doivent y être livrées ce mercredi.

L'organisme spécialisé en itinérance l'Ensoleilvent sera responsable de leur implantation, afin que cela soit fait de façon sécuritaire. Au début de l'année, l'organisme avait d'ailleurs installé une halte chaleur derrière ses bureaux pour y accueillir les personnes itinérantes pendant la saison froide. La directrice de l'organisme, Jacinthe Dorr, mentionnait alors qu'avec les grands froids et la pandémie, les espaces pour se réchauffer étaient difficilement accessibles.

Le chargé de projet pour l'organisme, François Gosselin, souligne que ces maisonnettes constituent des unités de dépannage, et non de véritables refuges.

Ces petites maisons mesurent 2,5 mètres de long par 1,2 mètre de haut, 1,2 mètre de large, explique-t-il. C'est vraiment accessible juste à une personne qui ne peut que se coucher à l'intérieur, mais qui est à l'abri des intempéries. Avec la chaleur de son corps, elle peut garder un certain confort malgré le froid ou la pluie.

Une minimaison similaire à ce que recevra Victoriaville pour les personnes itinérantes.

Une minimaison similaire à ce que recevra Drummondville pour les personnes itinérantes.

Photo : Radio-Canada

La mairesse de Drummondville, Stéphanie Lacoste, s'est réjouie de cet apport pour les itinérants de la ville. Même si l'itinérance y est moins visible que dans les grandes villes, l'Ensoleilvent fournit de l'hébergement d'urgence à 500 personnes par année.

Je ne peux pas passer sous silence l'apport de Mike Ward dans ce dossier-là, que je remercie, mais surtout le dynamisme et la proactivité de l'organisme Ensoleilvent sur le territoire. On a des gens très actifs et très dévoués envers les personnes en situation d'itinérance, a souligné la mairesse.

Lorsque le beau temps sera de retour, l'Ensoleilvent prévoit déplacer certaines de ces maisonnettes sur un terrain qu'il possède à Saint-Lucien, dans le cadre d'un projet agricole communautaire.

Avec les informations de Jean-François Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !