•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nouveau président des Elks veut redonner l’équipe à la communauté

Victor Cui regarde le terrain enneigé au Stade du Commonwealth.

Le nouveau président des Elks d'Edmonton est originaire de la capitale albertaine et est un passionné de football.

Photo : Elks d'Edmonton

Victor Cui est le nouveau président des Elks d’Edmonton. Originaire de la capitale albertaine, il a grandi en encourageant l’équipe et en espérant un jour pouvoir en faire partie.

Il ne croyait pas que son rêve pouvait devenir réalité avant de recevoir un appel de la firme embauchée par les Elks afin de trouver le meilleur candidat pour le poste.

Sa feuille de route est impressionnante. Il a travaillé aux communications lors des Championnats mondiaux d’athlétisme en 2001 à Edmonton, il a été directeur des communications corporatives pour l’Omnium de golf canadien durant trois ans, il a été directeur événementiel pour le groupe ESPN Star avant de fonder, en 2010, ONE Championship, un circuit d’arts martiaux mixtes, basé en Asie.

Le groupe ONE Championship est considéré comme étant une des 10 plus grosses propriétés sportives du monde. La compagnie représente 720 athlètes, compte 280 employés et diffuse ses combats dans plus de 150 pays.

La compagnie est présente et très active sur diverses plateformes de médias sociaux.

Depuis deux ans, Victor Cui était de retour à Edmonton où il dirigeait son entreprise à distance. Il est maintenant heureux de pouvoir travailler pour sa ville, avec sa communauté.

Des priorités à déterminer

Lors d’une rencontre avec les médias, Victor Cui a mentionné avoir plusieurs idées pour les Elks.

Il aimerait qu'assister à un match des Elks devienne, d’ici quelques années, une activité incontournable pour les amateurs de sports qui visitent Edmonton. Il rêve que les visiteurs planifient leur voyage en fonction du calendrier de l’équipe, un peu comme certains le font en regardant le calendrier des Yankees avant de se rendre à New York.

Conscient de la baisse importante de spectateurs lors des matchs, il veut rajeunir et diversifier la base partisane de l’équipe, mais ne veut pas que l'accent soit mis sur les différences. Il croit que tous les supporteurs sont égaux, peu importe leur âge et leur origine.

Il affirme avoir plusieurs autres idées, mais admet que pour l’instant, il n’est pas certain par où il doit commencer.

« Avant toute chose, je veux m’entretenir avec les supporteurs de l’équipe. C’est eux qui me diront quels sont les défis les plus importants.  »

— Une citation de  Victor Cui, président Elks d’Edmonton

Chose certaine, Victoire Cui veut redonner à la communauté, son équipe.

Je me souviens quand j’étais jeune, ma famille accueillait des familles immigrantes. Leur remettre un chandail de football et aller voir un match au Stade du Commonwealth faisait partie du rituel, affirme celui dont les parents ont eux-mêmes immigré au Canada en provenance des Philippines.

J’ai toujours senti, ajoute-t-il, que chaque fois que j’entrais dans le stade pour une partie de football, je devenais un membre d’une famille de 30 000 personnes. Quand l’équipe marquait, je pouvais serrer dans mes bras de parfaits inconnus et c’était normal, car nous partagions une passion commune envers l’équipe.

Victor Cui sait qu’en période de pandémie, il sera difficile de recréer cette passion envers les Elks, mais il est convaincu que d’ici quelques années, lui et son équipe pourront y arriver.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !