•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le pic des hospitalisations aurait été atteint en Abitibi-Témiscamingue

Une personne en habit de protection pousse une civière sur laquelle se trouve quelqu'un.

Les hospitalisations dues à la COVID-19 sont à la baisse dans la région.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

La santé publique régionale constate que de nombreux indicateurs sont à la baisse en Abitibi-Témiscamingue, ce qui laisse présager une baisse des hospitalisations.

Décrivant la situation comme étant tout de même fragile, la directrice par intérim de la santé publique dans la région, Dre Omobola Sobanjo indique que le nombre d’éclosions et le taux de positivité des tests est notamment à la baisse.

Il y a en ce moment 16 éclosions actives alors qu’il y en avait plus de 20 la semaine dernière, le taux de positivité est à la baisse à 14 % alors que c’était 20 % la semaine dernière. On voit des signes d’espoir dans la région et c’est pour ça que les assouplissements qui ont été annoncés pourront s’appliquer ici indique Dre Omobola Sobanjo.

Le niveau de délestage est toujours moindre dans la région qu’ailleurs dans la province. Les opérations semi-urgentes et urgentes sont effectuées en ce moment.

On croit bien avoir atteint le pic et avoir une certaine accalmie dans les prochaines semaines. Indique le directeur par intérim de la direction des services, de l’enseignement universitaire et de la pertinence clinique au CISSS-AT, le Dr François Aumond.

La vaccination ralentit.

68 850 personnes ont reçu leur troisième dose dans la région, soit 49 % de la population. C’est seulement 3% de plus que la semaine dernière. Beaucoup de rendez-vous sont d’ailleurs disponibles en ce moment pour recevoir le vaccin.

Le CISSS-AT indique que si vous avez eu la COVID-19, il faut attendre 56 jours entre votre diagnostic de la maladie et votre prochaine dose de vaccin.

Hausse des décès

24 personnes sont décédées de la COVID-19 depuis le 7 décembre. Selon la santé publique, il s’agit majoritairement de gens de 75 ans et plus. Plusieurs avaient reçu 2 ou 3 doses de vaccins, mais avaient pour la plupart d’autres conditions médicales préexistantes.

Les personnes de moins de 60 ans qui sont mortes de la COVID-19 seraient des personnes non vaccinées, selon la Dre Omobola Sobanjo.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !