•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parcs Canada menace d’expulser la famille de Jackie Vautour du parc Kouchibouguac

Une roulotte sur un terrain extérieur.

Le militant acadien Jackie Vautour a toujours refusé de quitter ce terrain situé dans le parc Kouchibouguac, au Nouveau-Brunswick (archives).

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

Parcs Canada redouble d'efforts pour convaincre les membres de la famille de Jackie Vautour, décédé il y a un an, de mettre fin à leur lutte pour demeurer dans le parc national Kouchibouguac, au Nouveau-Brunswick.

Jackie Vautour a contesté pendant 50 ans son expropriation par le gouvernement fédéral, jusqu'à sa mort en février 2021. Il a toujours soutenu qu'il était métis-acadien et que la terre où il habitait était un territoire mi'kmaq non cédé.

Depuis sa mort, l'épouse et les deux fils de M. Vautour ont juré de poursuivre son combat et ils demandent l'aval des tribunaux.

Mais la semaine dernière, Parcs Canada a écrit à la famille Vautour que son occupation de la propriété dans le parc national constituait une nuisance. La lettre, datée du 17 janvier, indique qu'en plus des structures qui se trouvaient déjà sur la propriété avant le printemps 2021, la famille a apporté du nouveau matériel sur le site, notamment un tipi, une roulotte de camping et d'autres installations.

La lettre indique qu'à moins que toutes les structures et tous les matériaux ne soient retirés d'ici le 31 mars, Parcs Canada les fera enlever et le ministère entreprendra un nettoyage du site occupé.

Le fils de M. Vautour, Edmond, a indiqué que la famille n'avait pas l'intention de céder à la dernière demande de Parcs Canada, qui a envoyé selon lui des lettres d'expulsion à la famille depuis la mort de son père.

Récidiver encore des mois plus tard, je pense que c'est du harcèlement, a-t-il déclaré lundi dans une entrevue. Ma mère a 88 ans et elle a reçu une lettre comme ça : ce n'est pas bon pour elle. Je pense qu'ils devraient arrêter ça, jusqu'à ce que tout soit décidé par les tribunaux.

M. Vautour a qualifié la lettre de Parcs Canada de provocation. Nous ne faisons de mal à personne, a-t-il dit. C'est notre terre et nous allons y rester.

Au début des années 1970, le gouvernement fédéral avait exproprié des maisons et d'autres propriétés sur la côte est du Nouveau-Brunswick pour créer le parc national Kouchibouguac.

L'avocat Michael Swinwood, de l'organisme sans but lucratif Elders Without Borders, a écrit à Parcs Canada que la nuisance présumée de la famille Vautour n'était rien en comparaison de ce qu'il a appelé des actes de génocide et d'apartheid perpétrés par le gouvernement contre les peuples autochtones.

La famille Vautour n'a pas l'intention de quitter ses terres autochtones ancestrales. De plus, les terres font actuellement l'objet d'un litige devant la Cour du Banc de la Reine à Moncton, a écrit Me Swinwood.

Une porte-parole de Parcs Canada a écrit que l'agence fédérale avait autorisé Jackie Vautour à rester sur le terrain à condition qu'il respecte la loi et n'utilise pas le site comme base d'une procédure judiciaire contre le parc national.

Cette disposition ne s'appliquait qu'à M. Vautour et non aux autres membres de sa famille élargie, a écrit Megan Hope. Avec le décès de M. Vautour, cet arrangement touche également à sa fin, et il est maintenant temps de mettre un terme à l'occupation illégale du parc national.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !