•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment les animaux du Zoo de Saint-Félicien passent l’hiver

Un tigre au Zoo sauvage de Saint-Félicien.

Le Zoo sauvage de Saint-Félicien accueille plusieurs espèces de la Boréalie, comme les tigres de l'Amour.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les grands froids des derniers jours n’effraient pas la majorité des espèces présentes au Zoo sauvage de Saint-Félicien, reconnu pour accueillir des animaux de la Boréalie.

Les ours polaires et les renards arctiques sont les moins touchés par le froid, puisque les températures qui sévissent depuis le début de janvier dans la région se rapprochent beaucoup de celles de leur habitat naturel.

Les ours polaires nagent moins dans le bassin aménagé dans leur habitat, mais ils jouent davantage dans la neige. Un système de remous est installé dans le bassin pour éviter que l’eau gèle durant l’hiver.

Ce qui peut arriver dans les grands froids, c'est qu'à la surface il y ait une petite couche de glace, explique le biologiste et directeur de la conservation pour le Zoo sauvage de Saint-Félicien, David Pagé. Ça me rappelle un beau souvenir, il y a quelques années. Une femelle, tous les jours durant la relâche, allait dans l'eau et cassait la glace et après elle sortait. Ce n'est pas un problème pour eux. Dans la nature, ils doivent casser la glace pour aller chasser les phoques. C'est un peu comme un jeu, ça recrée un comportement naturel.

Une meute de loups arctiques dans la neige.

Le loup arctique fait partie des espèces bien adaptées aux conditions hivernales.

Photo : Gracieuseté : Zoo de Toronto

Les macaques bien adaptés

Les macaques japonais sont aussi bien adaptés au froid, selon David Pagé. C'est le primate le plus nordique au monde, après l'homme, souligne-t-il. Quand la température est plus froide, les employés du zoo les laissent sortir moins longtemps.

« Des fois, quand c'est plus froid, ils vont se tenir plus près de la porte et vont rentrer quand on va aller les chercher. Les macaques qui sont nés ici il y a quelques années sont friands de glisser et de grimper partout. »

— Une citation de  David Pagé

Les géladas sont plus frileux. Le biologiste raconte qu'ils n'aiment pas circuler dans la neige épaisse. Les employés du zoo chaussent leurs raquettes et leur tracent des sentiers pour qu'ils acceptent de sortir.

Le secteur Asie du zoo en hiver.

Plusieurs espèces d'animaux accueillies par zoo sont bien adaptées aux grands froids.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Les animaux de la petite ferme restent à l’intérieur par grand froid et sortent lorsque les journées sont plus clémentes.

Quant aux animaux que l'on peut voir dans les sentiers pédestres comme les lynx, les cougars, les coyotes, les loutres et les pandas, ils ne se cachent que les jours de tempête. Ils ont tous accès à des abris tapissés de paille et ont des quartiers de nuit chauffés.

Les jours de grands froids, les animaux qui peuplent les sentiers de la nature, où les visiteurs peuvent faire une balade en train, ont tendance à s'enfoncer encore plus loin dans le bois pour se mettre à l'abri. Certains vont se coller pour profiter de la thermorégulation.

Avec les informations de Julie Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !