•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des camionneurs opposés à la vaccination attirent les foules au Manitoba

Plusieurs dizaines de personnes ont soutenu les manifestants lors de leur passage au Manitoba.

Un camion rouge en avant-plan roule sur la transcanadienne à Headingley, alors que des gens se trouvent dans l'accotement.

Un convoi de camions traverse Headingley, mardi après-midi, en route vers Ottawa pour protester contre le mandat fédéral de vaccination des camionneurs.

Photo : Radio-Canada / Cameron MacIntosh

Le convoi des camionneurs qui s'opposent à la vaccination obligatoire contre la COVID-19 a quitté la Saskatchewan mardi matin et s'est arrêté au Manitoba au courant de la journée pour se rendre à Kenora, en Ontario, en soirée.

L’opération baptisée Canada Unity est partie de la Colombie-Britannique dimanche dernier, et les camionneurs comptent se rendre jusqu’à Ottawa, d’ici le 29 janvier.

Ils manifestent contre la vaccination obligatoire contre la COVID-19 des camionneurs devant traverser la frontière pour revenir au Canada. La mesure est imposée par le gouvernement fédéral depuis le 15 janvier.

Plusieurs haltes étaient prévues au Manitoba dans la journée, notamment à Brandon, dans l’ouest de la province.

Les camionneurs ont également fait un arrêt à Headingley, en périphérie de Winnipeg, mardi après-midi aux environs de 15 heures.

De la congestion routière a pu être observée dans le secteur. La Gendarmerie royale du Canada (GRC) avait d'ailleurs averti de cette possibilité.

Le convoi était composé de centaines de camions à son départ de Regina, lundi.

Une centaine de personnes sont venues soutenir les manifestants à Headingley. Certains leur offraient de la nourriture et du liquide lave-glace, comme ce fut le cas pour Trevor Gatchell de Selkirk, qui a affronté le grand froid.

Étant lui-même camionneur, il aimerait pouvoir choisir, sans y être contraint, d’être vacciné ou non.

Je ne suis pas un antivax ou quelque chose dans le genre. Je veux juste être capable de faire mes propres choix, a-t-il déclaré.

Terry Manary, un autre soutien, souhaite que les mesures sanitaires soient abandonnées pour que la société soit à nouveau unie.

Ces mandats sont allés un peu trop loin et nous en avons assez. Nous aimons ce pays. Nous sommes fatigués que ça divise les gens. Les gens vaccinés contre les gens non vaccinés. Ce n’est pas censé arriver. Nous sommes tous unis. Nous sommes tous dans le même bateau. Ça doit s’arrêter maintenant, a-t-il dit.

Un camion passe au milieu de la route alors que des gens autour de la route brandissent affiche et drapeau.

Le convoi, qui est parti de la Colombie-Britannique dimanche, devrait arriver à Ottawa ce week-end

Photo : Radio-Canada / Cameron MacIntosh

Camionneur de Winnipeg, Robert Jorgenson a rejoint le convoi et voyagera avec les camionneurs jusqu’à Ottawa.

Ce n’est même plus à proprement parler une affaire de vaccin. J’ai été libre toute ma vie et d’une certaine manière maintenant je ne le suis plus, a-t-il lancé.

Soutien de certains politiciens manitobains

La première ministre du Manitoba, Heather Stefanson, a suggéré mardi matin, dans une entrevue radiophonique à 680 CJOB, qu’Ottawa devrait revoir sa décision d’exiger la vaccination des camionneurs.

Elle a indiqué que les mesures en place au Manitoba seraient plus appropriées, en permettant aux camionneurs non vaccinés de se faire dépister.

Plus tard à Radio-Canada, elle a dit encourager tous les Manitobains admissibles à se faire pleinement vacciner afin de protéger nos communautés et le système de santé. Elle a ajouté que son gouvernement surveillait la situation quant aux possibles problèmes d'approvisionnement.

Un homme montre une affiche appelant à l'unité alors qu'il se trouve à côté d'un camion qui circule sur la transcanadienne.

Un homme souhaite que cesse la division, alors qu'il soutient le convoi de camionneurs contre le mandat de vaccination qui leur a été imposé.

Photo : Radio-Canada / Cameron MacIntosh

La députée fédérale de Portage-Lisgar, la conservatrice Candice Bergen, a rappelé dans un message Twitter l’opposition de son parti aux mandats de vaccination imposés par les libéraux, dénonçant du même coup les divisions qu’une telle situation engendre.

Elle a indiqué que 26 000 camionneurs sont maintenant incapables de transporter des biens aux États-Unis, ce qui contribuera à l'augmentation de l'inflation.

Porter atteinte à cette industrie essentielle n'est rien d'autre qu'une manœuvre politique visant à diviser davantage le Canada. Nous avons besoin d'une approche réaliste et flexible pour assurer la sécurité des Canadiens et ce mandat général de vaccination n'y contribuera pas, a-t-elle déclaré.

Lundi, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a maintenu la position du gouvernement fédéral (Nouvelle fenêtre) sur la vaccination obligatoire des camionneurs.

Dans une déclaration écrite datant de dimanche, l’Association canadienne des camionneurs a, quant à elle, condamné les manifestants. Elle y rappelle que la majorité des membres de l’industrie sont vaccinés.

Le gouvernement du Canada et les États-Unis ont pris la décision de rendre la vaccination obligatoire pour traverser la frontière. La réglementation ne changera pas. Notre industrie doit s'adapter et la respecter, a déclaré par communiqué le président de l’Association, Stephen Laskowski.

Avec les informations de Jérémie Bergeron et de Cameron MacIntosh

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !