•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Williams Lake : 93 tombes non marquées potentielles près de l’ancien pensionnat

Une photo de classe avec des fillettes autochtones entourées de religieuses.

Le pensionnat pour Autochtones St Joseph's Mission a été fondé en 1886 par des missionnaires catholiques. Il a fermé ses portes en 1981 avant d'être démoli il y a 26 ans.

Photo : Ressources des pensionnats autochtones et de la réconciliation

Philippe Moulier

La Première Nation de Williams Lake, en Colombie-Britannique, a annoncé que les résultats d’une première phase d'enquête et de recherches ont permis d'identifier 93 tombes non marquées potentielles près du site de l’ancien pensionnat pour Autochtones de la région.

Les responsables de la Première Nation ont rendu publics les résultats préliminaires lors d'une conférence de presse mardi.

Les premières recherches se sont concentrées sur un périmètre de 14 hectares. En tout, elles doivent examiner 470 hectares du pensionnat St. Joseph’s Mission, qui comprennent différents bâtiments et structures.

Avertissement

Des détails et des témoignages contenus dans ce reportage peuvent être éprouvants pour certains lecteurs.

Un cimetière

Le site sur lequel se trouvent les 93 tombes non marquées potentielles héberge un cimetière. Cependant, selon Whitney Spearing, qui dirige l'équipe d'enquête, les résultats préliminaires indiquent que 50 de ces restes humains potentiels ne sont pas associés au cimetière.

Le pensionnat St. Joseph’s Mission, ouvert de 1891 à 1981, est à quelques kilomètres de Williams Lake. Il a été démoli depuis, mais a laissé un héritage douloureux pour les survivants et leurs familles.

  • Ligne bilingue d'appui pour les survivants des pensionnats pour Autochtones : 1 866 925-4419

Nous avons entendu des histoires de torture, de viol et d'agression sexuelle systémiques, a déclaré Willie Sellars, le chef de la Première Nation de Williams Lake, en faisant référence aux nombreux témoignages de personnes ayant été envoyées au pensionnat lorsqu'elles étaient jeunes.

« Ce voyage a conduit notre équipe d'enquête dans les recoins les plus sombres du comportement humain. »

— Une citation de  Willie Sellars, chef de la Première Nation de Williams Lake
Une femme autochtone se recueille près de souliers d'enfants déposés sur des marches en ciment.

Des chaussures d'enfants sont placées sur les marches du Musée des beaux-arts de Vancouver en souvenir des enfants autochtones victimes des pensionnats.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms / CBC

L'horreur des pensionnats

Selon Willie Sellars, l'équipe a entendu des récits de disparitions, de meurtres, de torture, de sévices, de viols et de famine. Des enfants ont été attachés à des planches et fouettés, battus pour avoir parlé leur langue, affirme-t-il.

Des « nouveau-nés non désirés » ont été jetés dans l'incinérateur de l'école, allègue le chef de la Première Nation de Williams Lake.

Willie Sellars a déploré que ces histoires aient été intentionnellement occultées par la destruction des dossiers et les dissimulations des gouvernements, des autorités religieuses et de la police.

Le chef autochtone a aussi relaté l'histoire de deux enfants âgés de 8 ans, qui ont essayé de fuir le pensionnat, et dont l’un est mort de froid. Il a aussi évoqué une correspondance de 1920, qui indique que neuf enfants ont tenté de mettre fin à leurs jours en ingurgitant du poison, dont un est mort.

« Il ne peut y avoir de réconciliation avant qu'il n'y ait la vérité. »

— Une citation de  Willie Sellars, chef de la Première Nation de Williams Lake

Il a souligné le courage des aînés qui ont tenté par le passé de dénoncer ces actes, auxquels personne n’a cru ou dont personne n'a voulu entendre parler. Nous devons nous assurer que le Canada est au courant de ces atrocités , a-t-il ajouté.

Un travail « long et minutieux »

Pendant 90 ans, le pensionnat a été dirigé par différents ordres religieux, mais toujours sous l'autorité de l'Église catholique. Depuis, l'archidiocèse de Vancouver a collaboré aux recherches pour établir la vérité.

Les Premières Nations ont mis en place des mesures d'accompagnement en santé mentale pour leurs membres, mêlant techniques traditionnelles et médecine moderne, a expliqué Willie Sellars.

D’après Whitney Spearing, le travail qui reste à accomplir sera long et minutieux, en raison de l'étende de la zone de recherche, mais aussi du manque de données, notamment pour la période de 1941 à 1980.

Cependant, l'annonce de milliers de documents transmis par Ottawa aux communautés autochtones permettra peut-être d'avancer plus rapidement dans le processus d'identification des tombes anonymes.

Les recherches ont utilisé la technologie de radar, qui a permis de découvrir des centaines de dépouilles près d'anciens pensionnats à travers le Canada.

Un groupe d'élèves et une religieuse posent dans une salle de classe du pensionnat pour Autochtones.

Il est estimé que plus de 150 000 enfants ont fréquenté les pensionnats autochtones du Canada depuis les années 1830.

Photo : Bibliothèque et Archives Canada

Les experts soulignent que, comme les résultats annoncés mardi sont préliminaires, les travaux de détections aérienne et terrestre par radar à pénétration de sol et magnétométrie devront être poursuivis.

Les responsables des recherches précisent toutefois que la technologie de détection n'est pas totalement fiable et qu’il faudra procéder à des fouilles pour obtenir des certitudes. Ils en appellent au soutien des gouvernements fédéral et provincial pour poursuivre ce travail de vérité.

Au lancement des fouilles à Williams Lake, en août dernier, une petite partie du site de 4,5 kilomètres carrés a été classée comme prioritaire, après des recherches approfondies sur l'histoire du terrain.

Les violences physiques, psychologiques et sexuelles dont ont été victimes les élèves de l'établissement ont été documentées par la Commission de vérité et réconciliation du Canada.

On estime que plus de 150 000 enfants ont fréquenté les pensionnats pour Autochtones du Canada entre les années 1830 et la fermeture du dernier établissement, en 1997.

Bannière-image du dossier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !