•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réouverture annoncée des restaurants au Québec : soupir de soulagement en Outaouais

Des commerces du Vieux-Hull la nuit l'hiver.

La réouverture des restaurants au Québec s’harmonisera avec celle de l’Ontario, qui a annoncé, jeudi dernier, que les salles à manger peuvent rouvrir le 31 janvier avec une capacité d’accueil réduite de moitié (archives).

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Radio-Canada

Des restaurateurs de l’Outaouais poussent un soupir de soulagement en apprenant que les salles à manger pourront rouvrir dès lundi prochain à 50 % de leur capacité.

Québec en a fait l'annonce, mardi après-midi, conjointement avec d’autres assouplissements.

La réouverture des restaurants au Québec s’harmonisera ainsi avec celle de l’Ontario, qui a annoncé jeudi dernier que les salles à manger peuvent rouvrir le 31 janvier avec une capacité d’accueil réduite de moitié.

Cette décision est vue d'un bon œil par la mairesse de Gatineau, France Bélisle.

Pour des raisons économiques et logistiques, ça nous simplifie beaucoup la vie, comme région, quand les décisions sont arrimées des deux côtés de la rivière. Et si, effectivement, on est capable d’arrimer les mesures, je pense qu’on est tous vraiment heureux et je pense que pour les commerces et entreprises aussi, c’est vraiment facilitant, a-t-elle déclaré.

France Bélisle répond aux questions des journalistes.

La mairesse de Gatineau, France Bélisle.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Au resto-bar sportif le Pêle-Mêle, dans le Vieux-Hull, l’un des copropriétaires, Claude Chapdelaine, attendait l’annonce de Québec avec impatience, a-t-il fait savoir, surtout avec les annonces d’ouverture de l’autre bord de la rivière.

Toutefois, M. Chapdelaine estime qu’il ne pourra peut-être pas rouvrir son établissement aux clients avant la fin de la semaine prochaine. La date de réouverture du Pêle-Mêle dépendra notamment de la disponibilité de la main-d'œuvre et des denrées auprès des fournisseurs.

Un homme en entrevue devant un restaurant.

Claude Chapdelaine, copropriétaire du resto-bar le Pêle-Mêle, dans le Vieux-Hull à Gatineau (archives)

Photo : Radio-Canada

En entrevue, il a cependant souligné qu’une capacité d’accueil de 50 % est faisable pour son établissement, pour une ou deux semaines. Après ça, c’est loin d’être rentable, a-t-il affirmé au cours d'une entrevue aux Matins d'ici.

La capacité réduite lui permet de faire son rodage avec ses employés, d’autant plus que certains d’entre eux sont nouvellement embauchés et formés à leur poste. On essaie de garder le positif là-dedans, a dit M. Chapdelaine.

N’empêche, chaque fermeture est de plus en plus difficile, a-t-il avoué. Il y a des pertes à chaque fois, que ce soit des denrées périssables ou des emplois. On va essayer de s’ajuster et planifier, mais c'est tellement difficile quand on ne le sait pas d’avance.

L'annonce d’une réouverture des restaurants réjouit aussi le copropriétaire du groupe Portobella, Joe Rego. Le groupe a les restaurants le Quai St-Raymond, le Cellier et le Bistro Olivia. L’annonce lui permet de planifier son menu et ses réservations pour la Saint-Valentin.

D'autres assouplissements

Québec a aussi annoncé la reprise du sport pour les jeunes, dont le parascolaire, lors de la conférence de presse de mardi après-midi.

Dans la région, Hockey Outaouais accueille positivement la nouvelle, selon la directrice des communications de l’organisme, Claudine Bourgeois. Le plus de temps de glace qu'on peut avoir pour les jeunes, le mieux c'est, a-t-elle dit, peu de temps avant la conférence de presse sur les assouplissements. Des informations sur ce qui serait annoncé avaient déjà pu être confirmées.

Par ailleurs, le gouvernement Legault a annoncé l’ouverture partielle des cinémas et des salles de spectacle à compter du 7 février prochain. La capacité d'accueil des établissements sera toutefois limitée à 50 % ou un maximum de 500 personnes.

Une annonce qui est accueillie tièdement par Didier Faré, le propriétaire du Cinéma 9, à Gatineau, qui aurait souhaité une ouverture complète.

Didier Farré, fondateur et président du Festival du Film de l'Outaouais.

Didier Farré, propriétaire du Cinéma 9 à Gatineau.

Photo : Radio-Canada

On ne comprend pas très bien. Le cinéma n'a jamais eu de cas d’éclosion. Les gens sont tous assis dans le même sens. En général, ils ne se parlent pas pendant un film. C’est vraiment très rare d’entendre parler les gens pendant un film. Alors, on ne comprend pas trop pourquoi on est pénalisés à ce point là. C’est vraiment surprenant comme décision, a-t-il commenté.

« Il faudra que le gouvernement mette la main à la poche. Parce que c'est sûr qu'à 50 % de capacité, ça va être très, très difficile. »

— Une citation de  Didier Faré, le propriétaire du Cinéma 9

Quant aux gyms et aux bars, il serait encore trop tôt pour évoquer un scénario de déconfinement. En Ontario, ces établissements pourront rouvrir dès le 31 janvier.

Avec les informations de Marie-Jeanne Dubreuil et de Catherine Morasse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !