•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa rapatrie des Canadiens d’Ukraine

Une jeune femme passe devant un char T-34 soviétique de la Seconde Guerre mondiale, le 25 janvier 2022 à Kiev, en Ukraine.

Une jeune femme passe devant un char T-34 soviétique de la Seconde Guerre mondiale, le 25 janvier 2022 à Kiev, en Ukraine.

Photo : Getty Images / Sean Gallup

Radio-Canada

Face à la menace d'une invasion russe en Ukraine, le Canada a décidé de rapatrier temporairement les membres des familles du personnel diplomatique en poste en Ukraine.

La décision d'Affaires mondiales Canada vise plus concrètement les enfants de moins de 18 ans et leur parent qui ne travaille pas à l'ambassade.

Les diplomates en poste à l'ambassade canadienne à Kiev et au consulat de Lviv restent toutefois en Ukraine jusqu'à nouvel ordre.

Dans un bref communiqué publié mardi, le ministère canadien des Affaires étrangères dit avoir pris cette décision en raison du déploiement militaire russe actuel et des activités déstabilisantes en Ukraine et dans les environs.

Les fonctionnaires d'Affaires mondiales Canada et de l'ambassade du Canada en Ukraine à Kiev continueront à suivre la situation, ajoute-t-il.

Ottawa emboîte ainsi le pas aux États-Unis, au Royaume-Uni et à l'Australie, qui ont pris la même décision au cours des derniers jours. La décision du département américain a été mal accueillie par le ministère ukrainien des Affaires étrangères, qui a transmis ses regrets sur Twitter par l'entremise d'un porte-parole, Oleg Nikolenko.

Bien que nous respections le droit des pays étrangers d'assurer la sûreté et la sécurité de leurs missions diplomatiques, nous croyons qu'un tel geste est prématuré et [constitue] un exemple de prudence excessive, a-t-il écrit.

Il est extrêmement important d'éviter des gestes qui pourraient être utilisés dans l'espace public pour accroître les tensions dans la société et déstabiliser la sécurité économique et financière de l'Ukraine, a-t-il ajouté.

La décision a aussi été critiquée par le chef de la diplomatie de l'Union européenne, Josep Borrell, qui a invité ses alliés occidentaux à éviter les réactions alarmistes.

Vendredi dernier, Ottawa a annoncé qu'il accordait un prêt de 120 millions de dollars au gouvernement ukrainien pour l'aider à renforcer son économie pendant que des troupes russes sont massées à ses frontières.

Environ 100 000 soldats russes sont actuellement postés aux frontières de l'Ukraine, ainsi que des chars et d'autres pièces d'artillerie lourde et Moscou multiplie les exercices militaires dans la région.

Le gouvernement Trudeau n'a cependant toujours pas dit s'il va expédier du matériel militaire en Ukraine, comme le réclame Kiev ni s'il compte prolonger la mission de formation des Forces armées canadiennes dans le pays.

Cette mission doit normalement se terminer à la fin du mois mars et, bien que le premier ministre Justin Trudeau en ait récemment vanté les mérites, il ne l'a pas officiellement prolongée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !