•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un camionneur saguenéen favorable à la vaccination obligatoire pour traverser la frontière

Des camions attendent de franchir la frontière canadienne à Sarnia, en Ontario.

Depuis minuit samedi, les camionneurs qui franchissent la frontière canadienne doivent être entièrement vaccinés s'ils veulent éviter une quarantaine de deux semaines.

Photo : afp via getty images / GEOFF ROBINS

Le camionneur originaire de Saint-David-de-Falardeau, Richard Girard, croit que le convoi de camionneurs qui se dirige de la Colombie-Britannique vers Ottawa pour protester contre l’obligation pour ceux qui font du transport transfrontalier d’être vaccinés aura peu d’effet.

L’homme qui voyage avec sa conjointe était sur la route au Michigan lorsqu’il a accordé une entrevue à l’émission C’est jamais pareil. Il ne participera pas à la manifestation.

Ils font tout ce mouvement-là et même si le gouvernement canadien reculait sur le fait que les camionneurs canadiens ne sont pas obligés d'être vaccinés, les Américains ne changeront pas d'idée. Donc ces camionneurs canadiens ne pourront plus traverser les frontières. Il va leur rester quoi comme travail?, demande M. Girard.

Depuis le 15 janvier, les camionneurs canadiens doivent être vaccinés contre la COVID-19 pour éviter une quarantaine de deux semaines après avoir traversé la frontière, tandis que les camionneurs non canadiens qui ne sont pas vaccinés se verront refuser l'entrée.

Samedi, les États-Unis ont également mis en place leur politique de vaccination obligatoire pour les camionneurs, ce qui signifie que les camionneurs canadiens non vaccinés ne pourront pas non plus se rendre au sud de la frontière.

Richard Girard ne croit pas, cependant, que ces mesures vont engendrer des pénuries de denrées au pays. Il ne faut pas se leurrer avec ça, dit-il. Le gouvernement américain, s'il y a moins de camionneurs canadiens qui vont traverser les douanes pour récupérer des denrées comme des fruits et des légumes, ils vont s'organiser pour que les denrées traversent au Canada.

« Ce qu'ils veulent, les Américains, c'est que leurs denrées sortent. Ils en ont besoin, sinon ils vont faire quoi avec les fruits et légumes? Ça va aller à la poubelle. »

— Une citation de  Richard Girard, camionneur

Ça représente beaucoup d'argent pour eux, ajoute le camionneur de Saint-David-de-Falardeau. Ce sont des récoltes qui sont exportées au Canada et ailleurs. Ils ne laisseront pas tomber ça.

Richard Girard souligne que plusieurs compagnies de transport imposent des règles strictes à leurs employés. Certaines exigent qu’ils soient vaccinés. L’entreprise pour laquelle il travaille lui demande aussi de remplir un formulaire avant de partir et au retour pour spécifier qu’il est vacciné et qu’il n’a pas été en contact avec des gens infectés par la COVID-19. 

Lui et sa conjointe ont été vaccinés aux États-Unis. Il constate que les mesures sanitaires sont moins strictes au sud de la frontière canadienne.

Nous, on se protège par rapport à ça, assure-t-il. On n'a pas changé nos habitudes depuis le début de la pandémie. On porte le masque en toute occasion, les gants chirurgicaux, les lingettes désinfectantes, on sort de notre véhicule simplement pour faire le plein, pour prendre une douche. On ne va pas manger dans les restaurants, on ne touche à rien et on apporte notre propre nourriture.

Les manifestants prévoient arriver à Ottawa le 29 janvier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !