•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un convoi de camionneurs contre la vaccination obligatoire traverse la Saskatchewan

Une file de camions attend à la frontière canado-américaine.

Depuis le 15 janvier, les camionneurs qui rentrent au pays doivent être entièrement vaccinés s'ils veulent éviter une quarantaine obligatoire. (archives)

Photo : Ben Nelms/CBC

Radio-Canada

Des centaines de camionneurs ont effectué des arrêts à Saskatoon et à Regina, lundi, avec comme objectif d’arriver à Ottawa le 29 janvier pour contester la vaccination obligatoire imposée par le gouvernement canadien.

Lundi matin, le Service de police de Regina a demandé au convoi d’emprunter une voie de contournement afin de limiter la congestion dans la capitale saskatchewanaise.

En conférence de presse lundi matin, le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a qualifié cette décision de superflue, souhaitant plutôt qu'il y ait un échange respectueux entre le gouvernement canadien et les camionneurs, majoritairement vaccinés.

Lundi après-midi, dans la Ville des Ponts, des dizaines de personnes se sont rassemblées afin de manifester leur soutien envers le convoi, organisé par Canada Unity.

L’ancien chef du Parti conservateur canadien Andrew Scheer faisait partie des sympathisants.

Nous comprenons leur combat, affirme le député de Regina—Qu’Appelle. Ils se battent pour prendre leurs propres décisions en matière de santé, sans toutefois perdre leur gagne-pain, et ils avertissent la population que cette obligation présente des risques pour la chaîne d'approvisionnement.

La vaccination obligatoire est en vigueur depuis le 15 janvier. Jusqu’à 16 % des quelque 160 000 camionneurs qui traversent la frontière canado-américaine régulièrement pourraient être mis à l'écart.

Selon l’Association de camionneurs de la Saskatchewan, de 83 % à 87 % des camionneurs sont pleinement vaccinés.

Ils doivent être complètement vaccinés afin d’éviter des tests de dépistage et une quarantaine de deux semaines à leur retour en sol canadien après un déplacement aux États-Unis.

La vaccination obligatoire est également en vigueur du côté américain, ce qui risque d'empêcher les camionneurs canadiens non vaccinés d’effectuer des livraisons aux États-Unis.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !