•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des mesures intéressantes mais insuffisantes pour régler la pénurie d’enseignants

Une classe d'école primaire. Un élève lève la main.

Des mesures ont été annoncées lundi par Québec pour attirer les enseignants.

Photo : Associated Press / LAURENT GILLIERON

Radio-Canada

Favoriser le retour d’enseignants à la retraite, donner des contrats de suppléance pour une plus grande stabilité dans les écoles et devancer les affectations dès la fin juin... le gouvernement Legault met de nouvelles mesures de l’avant pour attirer et former davantage de ressources dans le réseau de l’éducation.

Le président du Syndicat de l’enseignement de l’Estrie, Richard Bergevin, estime que ces mesures sont intéressantes, mais ne vont pas régler le problème de pénurie de main-d'œuvre à court terme.

Le problème de pénurie de main-d'œuvre est large, ce sont des mesures intéressantes, mais est-ce qu'elles vont être suffisantes?, soulève Richard Bergevin.

Richard Bergevin dans la neige.

Le président du Syndicat de l'enseignement de l'Estrie, Richard Bergevin.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Charette

Concernant les mesures pour les retraités, il estime d'ailleurs que certaines d’entre elles étaient déjà en place, dont celle de les payer selon leur échelon salarial et de ne pas les pénaliser avec leurs fonds de pension.

Il voit toutefois d'un bon oeil les contrats de suppléance pour les jeunes enseignants.

Nous avions déjà des projets semblables en Estrie pour un peu plus de stabilité. Tout dépend des conditions qui vont être offertes. Il faut savoir que les suppléants peuvent travailler tous les jours s’ils le veulent. Il y a déjà beaucoup d'offres, soutient Richard Bergevin.

« Si on leur donne une amélioration salariale et une amélioration de la priorité d’emploi, ça pourrait être intéressant. »

— Une citation de  Richard Bergevin, président du Syndicat de l'enseignement de l'Estrie

Il souligne que les conditions de travail des enseignants en temps de pandémie sont la principale source de problème, et qu'elles pourraient être bonifiées.

La lourdeur de la tâche est importante. C'est souvent les enseignants qui doivent faire plus de travail sans bonification. Amener des mesures pour attirer davantage d'enseignants est intéressant, mais ne vont pas régler les problèmes [...] Le problème essentiel est la lourdeur de la tâche dans les milieux, croit Richard Bergevin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !