•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le taux de vaccination des enfants reste faible au Canada

Une jeune fille s'apprête à se faire vacciner contre la COVID-19.

Une jeune fille s'apprête à se faire vacciner contre la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

La Presse canadienne

Le moment auquel le variant Omicron a commencé à se propager au Canada a peut-être nui à l'adoption des vaccins pédiatriques à une période durant laquelle les enfants en ont le plus besoin.

Des doses adaptées aux enfants du vaccin contre la COVID-19 de Pfizer ont été approuvées pour les enfants âgés de 5 à 11 ans le 19 novembre 2021, et de nombreuses provinces ont commencé à les administrer la semaine suivante, en même temps qu'ont été signalés au pays les premiers cas du variant hautement contagieux Omicron.

L'experte en hésitation à la vaccination Kate Allen a prévenu dès le début que les parents seraient plus lents à faire vacciner leurs enfants de 5 à 11 ans qu'ils l'étaient à se faire vacciner eux-mêmes ou à faire vacciner leurs enfants plus âgés, car les parents ont tendance à redoubler de prudence lorsqu'il s'agit de jeunes enfants.

Le taux de vaccination est cependant encore plus bas que ce à quoi elle s'attendait, même si les preuves de la sécurité du vaccin pour les enfants ont été positives.

Au cours des deux mois qui ont suivi leur approbation, seuls 51 % des enfants de ce groupe d'âge avaient reçu au moins une dose.

Cela se compare à plus de 72 % des jeunes de 12 à 17 ans qui avaient reçu au moins une dose deux mois après que la plupart des provinces ont commencé à les administrer.

Je pense que l'impression qu'a probablement eue la communauté de la santé publique était qu'il y aurait une adoption un peu plus rapide qu'elle ne l'a été, a déclaré Mme Allen, une chercheuse au postdoctorat au Centre des maladies évitables par la vaccination de l'Université de Toronto.

Le variant Omicron

L'une des raisons pourrait être que les provinces ont commencé à offrir des doses pédiatriques du vaccin au moment même où le variant Omicron de la COVID-19 commençait à se propager.

Le variant hautement transmissible et relativement moins grave s'est maintenant répandu dans les communautés canadiennes, déclenchant un changement majeur vers l'offre de doses de rappel pour protéger les adultes et les personnes âgées.

Je pense qu'il y avait une réelle concentration sur cela, et cela a peut-être en quelque sorte détourné l'attention en ce qui concerne la population âgée de 5 à 11 ans, a ajouté Mme Allen.

Cela peut maintenant changer.

La semaine dernière, le premier ministre Justin Trudeau a averti que le taux de vaccination chez les enfants était trop bas.

Nous devons faire ce qui est juste, a dit M. Trudeau lors d'un point de presse. Cela signifie faire vacciner nos enfants.

Enquêter sur les raisons du manque d’engouement

L'administratrice en chef de la santé publique, la Dre Theresa Tam, a également exprimé ses inquiétudes la semaine dernière et a suggéré que le gouvernement devait enquêter sur les raisons pour lesquelles davantage de parents ne choisissent pas de faire vacciner leurs enfants.

Plusieurs revers seraient attribués au mauvais moment auquel a déferlé la vague Omicron, y compris la fatigue pandémique, a mentionné le Dr Jim Kellner, expert en maladies infectieuses pédiatriques qui siège au groupe de travail sur l'immunité face à la COVID-19.

Alors que les gouvernements se sont concentrés sur l'offre de doses de rappels, de nombreuses juridictions n'ont pas suffisamment mis l'accent sur la garantie que les doses pédiatriques sont accessibles aux familles, a-t-il déclaré.

En Alberta, par exemple, où le taux de vaccination chez les enfants est le plus bas du pays, à 42 %, la province s'est principalement appuyée sur des cliniques de vaccination de masse.

Le Dr Kellner et Mme Allen sont d'accord pour permettre aux enfants de se faire vacciner par un médecin de famille ou dans une pharmacie et croient que d'offrir davantage de cliniques mobiles et scolaires pourrait grandement contribuer à rendre les vaccins plus accessibles.

Un ajustement dans le message peut également être de mise, selon le Dr Kellner.

De nombreux parents ont l'impression que contracter Omicron est inévitable, qu'un vaccin n'empêchera plus la transmission et que, puisque les enfants sont moins à risque en premier lieu, il est inutile de leur faire subir l'épreuve de la piqûre.

Cependant, Omicron a entraîné une augmentation des hospitalisations chez les jeunes enfants du pays, et les vaccins pourraient prévenir les pires résultats, a argué le Dr Kellner.

Moins de 2 % des hospitalisations

Alors que les jeunes enfants représentent moins de 2 % des hospitalisations liées à la COVID-19, le nombre total de personnes nécessitant des soins a grimpé en flèche pour atteindre 10 588 au 17 janvier.

Cela signifie que de plus en plus d'enfants se retrouvent très malades. Ces enfants sont suffisamment malades pour devoir venir à l'hôpital, a-t-il insisté.

Bien que certains enfants soient particulièrement vulnérables parce qu'ils ont des conditions sous-jacentes, ce n'est pas le cas pour tous ceux qui se retrouvent sur un lit d'hôpital. Le Dr Kellner a déclaré qu'il était difficile de prédire lesquels seraient les plus durement touchés.

Jusqu'à présent, les responsables de la santé publique et les élus ont répété le message selon lequel les gens doivent se faire vacciner pour protéger leurs communautés. Mais le Dr Kellner estime que l'approche devrait changer.

La principale raison pour laquelle un enfant doit être vacciné est que les parents protègent cet enfant, a-t-il conclu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !