•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des militants bloquent des routes en C.-B. contre la coupe des arbres anciens

Des manifestants assis sur une route.

Depuis le début du mois de janvier, les militants de Save Old Growth ont bloqué des routes à Vancouver, Revelstoke, Nanaimo et Victoria. Ils manifestent pour que le gouvernement de la Colombie-Britannique cesse entièrement la coupe de forêts anciennes.

Photo : Radio-Canada / Tim Brazier/Save Old Growth

Save Old Growth, une organisation se présentant comme un mouvement de résistance civile non violent, a lancé un ultimatum au gouvernement de la Colombie-Britannique, qui expirait le 9 janvier, pour mettre fin aux coupes de forêts anciennes. Sans réponse de la province, les militants ont commencé une campagne de blocage des routes, qu'ils se disent prêts à intensifier.

Depuis le 10 janvier, les militants de Save Old Growth ont organisé des manifestations à Vancouver, Revelstoke, Nanaimo et Victoria avec une revendication : que le gouvernement néo-démocrate de la province tienne sa promesse de campagne de stopper entièrement la coupe de forêts anciennes.

Et pour se faire entendre, les protestataires ont choisi d’obstruer des axes routiers, principalement la Transcanadienne. Certains manifestants utilisent des adhésifs puissants pour coller leurs mains et des parties de leurs corps à l'asphalte, d’autres s'allongent ou s’assoient sur le bitume, et tous se disent déterminés.

Cette initiative vise à utiliser la résistance civile classique pour attirer l'attention nationale sur la question de l'exploitation des forêts anciennes dans la province de la Colombie-Britannique, explique Brent Eichler, porte-parole du mouvement Save Old Growth.

« Dans ce contexte d'urgence climatique, arrêter les coupes de forêts anciennes, c’est la moindre des choses à faire, on ne devrait même pas y réfléchir. »

— Une citation de  Brent Eichler, porte-parole, Save Old Growth

Selon le groupe, 28 personnes ont été arrêtées par la police durant les deux premières semaines de mobilisation. Toutefois, les militants préviennent qu'ils sont prêts à poursuivre et intensifier les perturbations sur la route Transcanadienne chaque semaine qui passe sans réponse du gouvernement.

Janelle Shoihet, porte-parole et sergent-chef de la Gendarmerie royale du Canada en Colombie-Britannique, rappelle que bloquer une route publique lors d’une manifestation est un procédé illégal et dangereux.

En général, lorsque les policiers rencontrent des manifestants qui bloquent la route, ils leur donnent la possibilité de partir et de ne plus commettre d'infraction. Si la personne refuse de bouger, elle est arrêtée et retirée de la route, poursuit Janelle Shoihet.

Selon Brent Eichler, le groupe prévoit de manifester en bloquant l'accès routier au terminal des traversiers de BC Ferries de Horseshoe Bay, à Vancouver, mercredi matin.

Une entité autonome et structurée

Save Old Growth fait partie d'un regroupement d'organisations émergentes dans le monde, comme Blockade Australia qui bloque les rues des centres politiques et économiques les plus importants d'Australie pour réclamer des politiques d’action climatique, en causant des perturbations qui ne peuvent être ignorées, selon leur site.

Luke Wallace, porte-parole du mouvement Rainforest Flying Squad, qui lutte contre la coupe de forêts anciennes, indique que certains des fondateurs et militants de l'organisation Save Old Growth ont participé aux manifestations qui se tiennent depuis plus d’un an à Fairy Creek, sur l'île de Vancouver, mais son mouvement se dissocie de ce groupe émergent.

Rainforest Flying Squad n’est pas associé avec Save Old Growth, et ne fera aucun commentaire sur leur mode d’action, précise Luke Wallace. Il confie cependant connaître certains membres, et reconnaît qu’ils sont très bien organisés.

Brent Eichler confirme que Save Old Growth, qui compte une centaine de militants et de sympathisants, organise des sessions de formation au mouvement de résistance civique non violent, sur une base hebdomadaire, en présentiel et en virtuel.

Nous sommes en train de nous structurer au niveau national », témoigne Brent Eichler, « avec des représentations un peu partout au pays pour compenser l'inactivité de nos gouvernements en matière de sauvegarde environnementale.

Pas de dialogue avec le gouvernement selon les militants

Selon les dirigeants du mouvement Save Old Growth, il n’y a pas eu d'opportunité de discussion avec le gouvernement de la province. « J'ai porté moi-même nos revendications au parlement à Victoria, nous y avons toujours trouvé porte close. Personne ne nous écoute », déplore Brent Eichler.

Un manifestant arrêté par la police.

Selon le mouvement Save Old Growth, 28 manifestants ont été arrêtés depuis le début des blocages de routes le 10 janvier.

Photo : Radio-Canada / Dorothy Settles/Save Old Growth

Les représentants de Save Old Growth critiquent par ailleurs le choix du gouvernement de John Horgan de laisser la responsabilité du report de l’exploitation de 2,6 millions d’hectares de forêts anciennes aux 204 Premières Nations de la province, sans soutien financier et décisionnel, selon M. Eichler.

Une position partagée avec les représentants du Parti vert de la province, qui réclament au gouvernement Horgan d'inscrire au budget 2022 au moins 300 millions de dollars pour acter la fin des coupes de forêts anciennes et lancer la transition économique du secteur.

Interrogé sur sa position concernant sa promesse de campagne de stopper l’exploitation des arbres vénérables et sa volonté de dialogue avec le groupe Save Old Growth, le ministère des Forêts, des Terres et de l’Exploitation des ressources naturelles n’a pas pu répondre à la demande d'entrevue de Radio-Canada avant la publication de ce texte.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !