•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une motion vise à demander un élargissement de l’accès aux tests PCR, à Ottawa

Une femme, la tête inclinée vers l'arrière, alors qu'une tige va entrer dans sa narine droite.

Depuis la fin du mois de décembre, les tests PCR en Ontario sont réservés à certaines populations à très haut risque et à certains travailleurs aussi à risque en raison de leur emploi (archives).

Photo : Reuters / Callaghan O'Hare

Une motion pour élargir l’accès aux tests PCR a été présentée, lundi, au Conseil de santé de la Ville d’Ottawa. Ses membres souhaitent aussi se pencher sur la possibilité que la dose de rappel du vaccin contre la COVID-19 soit ajoutée au passeport vaccinal provincial.

Depuis la fin du mois de décembre, les tests PCR en Ontario sont réservés à certaines populations à très haut risque et à certains travailleurs aussi à risque en raison de leur emploi. La province avait alors atteint le maximum de sa capacité de dépistage.

Dans le texte de la motion, proposée par le conseiller Shawn Menard, on déplore que les changements aux critères d'admissibilité aux tests PCR aient, selon eux, fait croître le recours à ces tests auprès d’entreprises privées à but lucratif, tant à Ottawa qu’ailleurs en province.

Le texte de la motion fait, par ailleurs, mention de craintes que des mesures sanitaires de dépistage, de suivi et des restrictions moins robustes mettent à risque d’autres services publics.

Le Conseil de santé reconnaît que la COVID-19 est une responsabilité de Santé Ontario , est-il par ailleurs écrit. On précise aussi que Santé publique Ottawa (SPO) ne peut changer les critères d’admissibilité.

Le Conseil demande ainsi l’élargissement de l'accessibilité aux tests PCR en fonction de la capacité de fournisseurs, et d’une hiérarchie de besoins et de l'urgence pour atténuer les éclosions et la transmission dans les milieux à haut risque, tel que les membres du ménage de TOUS les travailleurs de la santé de première ligne, et les travailleurs des garderies et services de garde, jusqu’à ce les tests rapides antigéniques soient plus facilement disponibles.

Un accès élargi à l’approvisionnement régulier aux tests rapides est aussi demandé pour les enfants et travailleurs des écoles et garderies, ce qui, selon le Conseil, n’ajoute pas de pression sur les équipes de dépistage locales.

Finalement, les membres du Conseil veulent que des masques efficaces soient offerts gratuitement aux personnes à faible revenu par le biais d'agences locales.

La motion prévoit que la médecin-chef en santé publique d’Ottawa, la Dre Vera Etches, et le président du Conseil de santé fassent parvenir ces demandes au premier ministre Ford et au ministre de la Santé de la province.

Le Conseil de santé réitère aussi sa recommandation, datant de février 2021, qui demandait à la province un soutien financier aux employeurs pour donner aux travailleurs l’accès à 10 jours de congés de maladie payés par année lors de crises sanitaires comme la COVID-19.

Vers un passeport vaccinal à trois doses ?

Alors que les gouvernements recommandent une dose de rappel du vaccin contre la COVID-19, le Conseil de santé d’Ottawa souligne que cette dernière permet de rétablir et maintenir une protection contre les formes graves, les complications et les décès liés à la maladie. On mentionne aussi que, par le fait même, l’administration de 3e doses contribue à réduire la pression sur les établissements de santé.

Le Conseil demande ainsi à la médecin-chef de travailler de pair avec le gouvernement pour mettre de l’accent sur une approche prudente de déconfinement et pour adopter la meilleure approche quant à la preuve vaccinale, particulièrement sur la question de la 3e dose pour les 18 ans et plus.

Selon les plus récentes données de SPO disponibles lundi, 59 % des Ottaviens de 18 ans et plus admissibles depuis décembre 2021 ont reçu leur dose de rappel.

Et l’Ontario se prépare à déconfiner certains secteurs à compter du 31 janvier. C’est bon d'aller prudemment dans cette période de transition, d'utiliser différents outils et de faire attention quand le nombre de contacts étroits augmente avec réouverture des entreprises , a souligné la Dre Etches.

Une femme tient un point de presse par visioconférence.

La Dre Vera Etches, médecin chef de Santé publique Ottawa (SPO) (archives)

Photo : Radio-Canada

Le premier ministre de l’Ontario a indiqué qu'aucun changement à l'exigence de deux doses n'était actuellement prévu pour le passeport vaccinal.

On veut avoir une discussion avec la province [...] concernant la bonne approche pour augmenter la protection contre la COVID-19 par la vaccination avec la dose de rappel , a expliqué la Dre Etches. C'est clair que les politiques concernant la vaccination ont [augmenté] le nombre de personnes immunisées avec la première dose et la deuxième dose, mais aussi on a besoin d'évaluer comment on peut augmenter la vaccination dans la population non immunisée maintenant, et la troisième dose.

La Dre Etches met aussi de l’avant le travail que veut faire le Conseil pour réduire les barrières de vaccination dans la capitale fédérale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !