•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pensionnats pour Autochtones : 10 M$ aux Six Nations pour des fouilles

Un ancien pensionnat pour Autochtones sur un terrain boisé.

Le Mohawk Institute de Brantford est devenu le centre culturel Woodland.

Photo : CBC / Sue Reid

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral a octroyé un financement de plus de 10 millions de dollars aux survivants du pensionnat pour Autochtones Mohawk Institute afin de procéder à des fouilles autour de l’immeuble.

Or, le groupe qui supervise la recherche de sépultures affirme que ce montant ne sera pas suffisant pour achever le travail.

Le financement fédéral accordé au Secrétariat des survivants des Six Nations de la rivière Grand sera versé sur trois ans. Les recherches sont en cours.

Nous sommes évidemment très heureux du soutien que le Canada nous apporte, a déclaré Kimberly Murray, responsable du Secrétariat, à CBC Hamilton lundi.

Il ne suffira pas. Le [montant du] budget que nous avons présenté était plus élevé. Mais [une telle annonce] nous aide certainement à commencer nos fouilles - et la recherche de dossiers, aussi.

Les fouilles ont commencé en novembre.

Mark Hill, chef élu des Six Nations, a déclaré, dans le communiqué du gouvernement fédéral, que le financement est une étape importante dans le périple [qui vise à] ramener nos enfants perdus à la maison.

Marc Miller, ministre des Relations Couronne-Autochtones, a déclaré que les gens méritent de connaître la vérité et que le gouvernement s'engage à soutenir les efforts de guérison.

Mme Murray ajoute que la demande initiale de financement était de plus de 8 millions de dollars par an pendant trois ans, pour un total d’environ 24 millions de dollars.

Plan rapproché de Mme Murray.

Kimberly Murray est responsable du comité qui dirige les fouilles. (Archives)

Photo : Conseil des académies canadiennes

La recherche est assez coûteuse, la technologie est coûteuse, l'analyse des données est coûteuse.

Les survivants veulent également créer des archives communautaires pour les documents sur l'histoire du pensionnat et les personnes qui y ont souffert.

L'ancien Mohawk Institute a ouvert ses portes en 1828 et les a fermées en 1970, ce qui en fait l'un des pensionnats le plus longtemps en activité au pays.

Quelque 15 000 élèves issus de 20 communautés des Premières Nations l’ont fréquenté. Beaucoup d'entre eux ont été enlevés de leur foyer et y ont subi de mauvais traitements.

Des dossiers indiquent qu'il y a eu 54 décès au pensionnat, mais les services de police locaux ont déclaré qu'ils ne savaient pas où ils étaient enterrés.

Appel au gouvernement provincial

La province, selon Mme Murray, n'a pas été d'une grande aide dans les efforts de recherche.

M. Hill a écrit une lettre à la fin d'octobre pour demander 3 millions de dollars par an pendant trois ans au gouvernement provincial.

À l'époque, la province ne voulait s'engager qu'à verser 400 000 $ sur trois ans, ce que Mme Murray a qualifié de risible.

Ce montant de financement est insuffisant et ne correspond pas au rôle de l'Ontario dans le fonctionnement de l'école. Il est également contraire à la "réconciliation significative" à laquelle vous vous êtes engagé, peut-on lire dans la lettre de M. Hill.

Maintenant, l'Ontario est prêt à offrir 700 000 $ sur trois ans, selon Mme Murray.

Toujours selon elle, cet argent n'est pas suffisant et la province donne le même montant à toutes les communautés qui font l'objet de recherches sur les terrains des anciens pensionnats.

Ce n'est pas une allocation équitable. Nous sommes au milieu de la recherche, nous avons le plus ancien pensionnat, devons fouiller 600 acres [...] mais vous allez donner à tous le même montant d'argent et ne pas fournir le financement en fonction du besoin de financement?

CBC Hamilton a contacté le ministère des Affaires autochtones de l'Ontario pour obtenir des commentaires, mais n'avait pas reçu de réponse au moment de la publication.

Entre-temps, a dit Mme Murray, le Secrétariat est en train de collecter des fonds.

Près de 4 hectares fouillés jusqu'à présent

Le Secrétariat est dirigé par des survivants des pensionnats, et les recherches sont menées par la Police provinciale de l'Ontario et les services de police des Six Nations et de Brantford.

Selon Mme Murray, l'équipe a déjà fouillé près de quatre hectares, en se concentrant sur la zone entourant l'ancien bâtiment du pensionnat.

Le secrétariat planifie maintenant les recherches du printemps. La neige abondante a contrecarré les efforts pour le moment.

L'équipe essaie d'être aussi minutieuse que possible, a déclaré Mme Murray.

Elle utilise des équipements de radar à pénétration de sol (GPR), qui ressemblent à des tondeuses à gazon jaunes et noires, à la recherche d'anomalies, qui sont ensuite analysées pour déterminer s'il s'agit de tombes non marquées potentielles.

Deux hommes. L'un d'eux tient un géoradar qui ressemble à une tondeuse à gazon.

John Elliott, un survivant du pensionnat Mohawk Institute à Brantford, s'exerce à utiliser la technologie du radar à pénétration de sol lors d'une séance de formation en octobre.

Photo : Radio-Canada / Bobby Hristova

L'équipe de recherche a également mené un projet pilote de 50 000 $ avec la technologie de détection et de télémétrie par la lumière (LiDAR), qui consiste à envoyer une lumière laser dans le sol et à la faire rebondir pour détecter ce qui se trouve sous la surface.

Si l'on utilisait le LiDAR sur l'ensemble du terrain, cela coûterait plus de 2,5 millions de dollars, a déclaré Mme Murray. Nous n'allons pas creuser juste pour creuser. Nous voulons savoir exactement où nous devons porter notre attention.

Ligne bilingue d'appui pour les survivants des pensionnats pour Autochtones : 1 866 925-4419

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !