•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’opposition veut l’assurance que le SPVM ne fermera aucun autre poste de quartier

Deux policiers patrouillant pendant l'hiver.

La direction du SPVM souhaite fusionner certains postes de quartier. Mais la classe politique est peu chaude à l'idée.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Radio-Canada

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) aurait tenté de convaincre le comité exécutif il y a deux ans de procéder à la fusion de huit postes de quartier (PDQ), a révélé lundi après-midi l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville, qui réclame l'assurance que la réforme que prépare son directeur Sylvain Caron ne se matérialisera pas.

Ce scénario a été soumis aux élus en mars 2020, selon Ensemble Montréal. Il prévoyait la fusion des PDQ de Pierrefonds (3) et Dollard-des-Ormeaux (4); Ahuntsic (27) et Cartierville (10); Anjou (46) et Saint-Léonard (42); ainsi que Rivière-des-Prairies (45) et Pointe-aux-Trembles (49).

L'administration Plante affirme que ces hypothèses n'ont pas été entérinées et que, comme l'a spécifié la mairesse la semaine dernière, aucune fermeture de postes de quartier n'est prévue pour l'instant.

Mme Plante attend néanmoins les propositions officielles du directeur Caron, qui a fait part de ses intentions il y a trois semaines lors de l'étude publique du budget 2022 et du programme décennal d'immobilisations (PDI) 2022-2031 de la Ville de Montréal devant la Commission sur les finances et l’administration.

On va attendre qu'on nous présente quelque chose en bonne et due forme, a-t-elle répliqué, lundi, lors d'une assemblée ordinaire du conseil municipal. On va prendre le temps de voir ce qui nous est présenté [et] nous pourrons en disposer en consultant la population en temps et lieu.

Responsable de la sécurité publique au comité exécutif, Alain Vaillancourt a rappelé qu'il y avait déjà un moratoire en place, voté à l'unanimité du conseil municipal le 14 décembre dernier. Nous l'avons respecté [et] nous allons le respecter encore, a-t-il déclaré. Il ne faut pas chercher de problème où il n'y en a pas.

Les Montréalais ne veulent pas de fusions

N'empêche, le maire d'Anjou, Luis Miranda, craint la fusion du PDQ de son arrondissement avec celui de Saint-Léonard, plus à l'ouest. ll souligne qu'avant l'arrivée des postes de quartier en 1995, Anjou était mal desservi par la police. Du temps qu'on était avec Saint-Léonard, c'est clair qu'Anjou n'avait pas de couverture, dit-il.

Selon lui, l'administration devrait dire à M. Caron en partant : "M. Caron, il n'en est pas question, n'y pensez même pas, ne perdez pas de temps, ne perdez pas d'énergie, ne faites pas de présentation".

« Je pense que l'administration a l'obligation de dire à la direction du SPVM : "Il n'en est pas question. Ne travaillez pas sur ça." Les Montréalais ne veulent pas de fusions; [ils] veulent garder les services pour lesquels ils paient. »

— Une citation de  Luis Miranda, maire d'Anjou

L'inquiétude gagne aussi les villes liées de l'Ouest-de-l'Île. Les maires de ces municipalités défusionnées ont rencontré vendredi le chef du SPVM; ils craignent que le Groupe tactique d'intervention (GTI) de l'Ouest ne quitte l'arrondissement de Saint-Laurent pour le Sud-Ouest, ce qui augmenterait à leur avis le délai de réponse.

Les réponses qu'on a obtenues n'étaient pas de nature à rassurer les maires et mairesses quant aux bienfaits d'une telle fusion, a fait savoir lundi leur porte-parole, Vincent Robidas.

Les maires des villes liées se sont dits néanmoins encouragés par les discussions des derniers jours avec l'administration Plante, au point où ils ont retiré une motion sur le sujet qu'ils pensaient déposer lors de la prochaine séance du conseil d'agglomération, jeudi.

Bientôt 30 PDQ

L'île de Montréal compte actuellement 31 postes de quartier. La fermeture à l'automne 2020 du PDQ 11, à Notre-Dame-de-Grâce, et sa fusion avec le PDQ 9, à Côte-Saint-Luc, avait provoqué de la grogne dans certains milieux. L'ex-mairesse Sue Montgomery avait notamment dénoncé la décision, sans succès.

La prochaine fusion aura lieu dans quelques mois. Au printemps, le PDQ 33 de Parc-Extension sera fermé au profit du PDQ 31 de Villeray. Avec cette fusion, il ne restera plus que 30 postes de quartier sur l'île de Montréal.

Avec les informations de Benoît Chapdelaine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !