•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une consigne pour les contenants de lait en Colombie-Britannique

Un carton de lait est sur une table de cuisine.

Les contenants de lait propres et rincés achetés seront acceptés par le programme de consigne à partir du 1er février.

Photo : Radio-Canada / ALEXANDRE LAMIC

À partir du 1er février 2022, une consigne de 10 cents sera rajoutée aux contenants de lait et de substitut de lait dans le cadre d’un plan visant à réduire les déchets plastiques en Colombie-Britannique.

Cette consigne pourra être remboursée dans des centres de dépôt.

Selon le gouvernement, le rajout d'une consigne permettra de récupérer les millions de contenants supplémentaires en plastique et à base de fibres qui étaient souvent jetés, notamment par des restaurants, des écoles et des bureaux qui n'ont pas accès au système de recyclage résidentiel.

Les contenants de lait et de substitut de lait, comme le lait d’avoine, d’amande ou de soya, devront être propres et rincés avant d'être acceptés dans un centre de dépôt.

Un bac de recyclage pour contenants mêlant papier, plastiques, aluminium et métal.

La mesure s'inscrit dans le plan d'action CleanBC Plastics visant à réduire les déchets plastiques.

Photo : Radio-Canada / ALEXANDRE LAMIC

Les cartons et les bouteilles de lait ou substitut seront gérés par le programme de consigne des contenants de boisson (Encorp/Return-It), et non par le programme d'emballage qui gère le système résidentiel de boîtes bleues en Colombie-Britannique (Recycle BC).

Tous ces contenants doivent être recyclés, quel que soit le programme dans lequel ils finissent.

La mesure s'inscrit dans le plan CleanBC Plastics visant à réduire le nombre de déchets plastiques dans les décharges et à réduire la quantité d'émissions de gaz à effet de serre.

La mesure est bien accueillie par le Binners' Project, un organisme à but non lucratif qui œuvre pour la réinsertion des itinérants par le biais du recyclage. Les valoristes, ou binners en anglais, auront ainsi droit à une hausse substantielle de leurs revenus, affirme l'organisme.

Ces derniers, également connus sous le nom de ramasseurs de déchets ou de plongeurs de bennes à ordures, tirent leurs revenus de contenants ramassés dans les ruelles, les bennes à ordures ou les poubelles.

Un homme portant une casquette rouge pousse un chariot rempli de gros sacs de bouteilles et de cannettes qui sont destinés à être recyclés.

Dans la rue, un homme pousse un chariot rempli de sacs de bouteilles et de cannettes à recycler.

Photo : Susan Mendel/Binners' Project

Ce changement augmentera à la fois les revenus des binners et leur impact environnemental positif dans notre ville, dit Sean Miles, directeur du Binners' Project.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !