•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En pause cet hiver, l’École de cirque des Îles souhaite repartir sur de nouvelles bases

Des jeunes sous les projecteurs, sur une scène

Les jeunes de l’École de cirque des îles de la Madeleine lors d'un spectacle. (archives)

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

En pause forcée en raison des contraintes liées à la pandémie de COVID-19, l'École de cirque des Îles de l'archipel madelinot en profite pour élaborer un plan de relance et souhaite repartir sur de nouvelles bases.

Depuis plus de 10 ans, l’École profitait des locaux de la polyvalente. Elle menait aussi un projet de relocalisation, mais la pandémie est venue précipiter les choses.

En entrevue à l'émission Au coeur du monde, le nouveau directeur général depuis l'automne, Rafaël De La Durantaye, indique que la relocalisation pose des défis considérables.

Nous n’avons pas de local dans l’immédiat, explique-t-il. Notre nouveau bâtiment ne sera pas accessible avant quelques années encore. Donc on doit trouver des locaux temporaires, il faut que les hauteurs soient bonnes, etc. Il y a beaucoup d’étapes à traverser et on veut vraiment bien faire les choses, explique M. De La Durantaye.

Selon le Madelinot, il y a peu de sites de 7 mètres et demi (25 pieds) de hauteur aux Îles, permettant toutes les activités circassiennes. On a trouvé un entre-deux, ce qui demandera de l’adaptation, dit-il, sans toutefois préciser de quel endroit il s’agit.

En 2018, un projet de relocalisation évalué à 1,5 million de dollars visait l'acquisition de l’ancienne école primaire Marguerite d’Youville de Cap-aux-Meules. Il avait été accepté par le ministère de la Culture et des Communications. Toutefois, devant les coûts de plus en plus élevés, le projet avait été mis en veilleuse en 2021.

En cercle, des personnes âgées font des mouvements avec des foulards.

L'École de cirque offre aussi des cours dans des résidences pour personnes âgées. (archives)

Photo : École de cirque des Îles

Le plan de relocalisation existe depuis dernières années, sous différentes moutures, mais avec le contexte COVID, on doit toujours le repousser, déplore le directeur. Ce n’est vraiment pas ce qu’on voulait faire. On veut aller de l'avant.

L’école ne ferme donc aucune porte. Elle se donne de la latitude et envisage divers scénarios. Selon le directeur, le dossier avance.

Quelle serait l’École de cirque idéale?

La direction de l'École de cirque des Îles souhaite aussi consulter la population pour créer une école qui réponde aux aspirations des Madelinots.

Il y a une grande partie communautaire dans la mission du cirque, rappelle le directeur. On trouvait important de sonder la population pour savoir comment les citoyens la voient, leur école de cirque, ce qu'elle leur a apporte? On s’adresse autant aux anciens entraîneurs qu’aux anciens élèves qui voudront bien partager leur expérience.

« On aimerait savoir à quoi ressemblerait, selon les Madelinots, leur école de cirque utopique à avoir ici aux Îles. »

— Une citation de  Rafaël De La Durantaye, directeur général de l'École de cirque des Îles

Au cours des dernières années, l'École de cirque des Îles a compté jusqu'à 600 inscriptions auprès d'une clientèle très diversifiée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !