•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce qui se cache derrière certains rabais d’ustensiles de cuisine

50 %, 75 %… jusqu’à 80 % de rabais sur des poêles, des chaudrons et des batteries de cuisine… S’agit-il d’un véritable rabais ou d'une stratégie pour nous faire acheter? L’épicerie a enquêté sur ces promotions absolument irrésistibles.

Une étiquette rouge affiche des rabais dans une quincaillerie

Ces irrésistibles rabais seraient-ils simplement une incitation à dépenser?

Photo : Radio-Canada / Éric Barbeau

C’est au Canadian Tire que cette histoire commence. Une poêle en fonte « The Rock » de Starfrit vendue à un prix de départ de 150 $, puis réduit à 70 $, 40 $, et enfin en liquidation à 30 $, autant en magasin qu’en ligne.

Un rabais généreux, mais surtout étonnant. Car une poêle équivalente, de même qualité, de la même marque, de la même dimension, mais dont la poignée diffère, est vendue au prix courant de 25 $ au magasin du fabricant, Starfrit.

Deux poêlons de la même marque côte à côte.

Malgré quelques différences, ces poêlons de qualité similaire affichent une différence de prix marquée.

Photo : Radio-Canada

Comment expliquer cette différence? Nous avons demandé au doyen de l’École de gestion de l’Université de Sherbrooke, Jean Roy, de nous éclairer sur ces variations de prix.

On peut changer un peu l'épaisseur de la poignée. On peut changer certaines propriétés qui justifient le prix plus élevé ou le prix plus bas. Alors, le pauvre consommateur qui n'a pas tous ses paramètres techniques, qui n'a pas les informations en main, ne peut pas comparer exactement. Et c'est cette zone grise que, très souvent, les fabricants et les détaillants vont utiliser.

Nous avons demandé des explications au fabricant des produits Starfrit, Les promotions atlantiques.

« La façon dont les prix sont fixés et ajustés est à la discrétion du client. »

— Une citation de  Nicholas Fournier, Coordonnateur marketing, Les promotions atlantiques

Selon Jean Roy, certains manufacturiers et commerçants profitent de cette confusion.

Dans certains cas, les compagnies vont donner de véritables rabais. C'est vraiment un produit de qualité, on a trop d'inventaire, on baisse les prix. Dans d'autres circonstances, il y a des compagnies qui vont monter artificiellement le prix, puis qui vont donner de faux rabais. Mais parvenir à prouver ça devant les tribunaux, ça prend vraiment des données, des suivis. Et c'est cette zone grise là que trop de manufacturiers encore aujourd'hui utilisent pour aller chercher une croissance des ventes.

Que dit la loi?

Me Sylvie de Bellefeuille est avocate pour l’association Option consommateurs. Elle explique que les lois protègent les consommateurs, tant au fédéral qu’au provincial.

De façon générale, la loi provinciale dit qu'on ne peut pas faussement annoncer qu'il y a un rabais. On ne peut pas prétendre non plus que le prix ordinaire est un prix X si ce n'est pas le cas.

« Grosso modo, ce que la loi nous dit : on n'a pas le droit de mentir. Aussi simple que ça. »

— Une citation de  Me Sylvie de Bellefeuille, avocate, Option consommateurs

Le prix habituel doit donc être véridique. La loi fédérale exige que le produit ait été vendu à ce prix en grande quantité pendant une période raisonnable ou vendu de bonne foi à ce prix pendant une période importante.

Le problème, pour le consommateur, c'est : quel est le prix régulier? Surtout quand les rabais sont cycliques. On passe d'un rabais à un autre de façon graduelle. C'est facile d'en perdre son latin.

Une capture d'écran du site de Canadian Tire qui offre une poêle à prix réduit.

Malgré des promotions alléchantes, le consommateur est invité à comparer les prix avant d'acheter.

Photo : Site Canadian Tire

Autre exemple : cette poêle de T-Fal, de 5 pintes, avec couvercle. Dans un magasin en ligne, le prix courant est de 30 $. Sur le site de Canadian Tire, son prix courant est de 90 $, réduit à 25 $. Chez un autre vendeur, son prix courant est de 45 $, réduit à 35 $.

Les modèles ne sont pas exactement identiques, ce qui ajoute à la confusion. Interrogé à ce sujet, Canadian Tire répond que le modèle Viva proposé en magasin est exclusif à la chaîne. Et ajoute : bien que la conception et la dimension du produit soient semblables à des produits de nos concurrents que vous mentionnez, la Viva a quelques caractéristiques/spécifications qui la distinguent des autres produits.

Au moment d’achever la réalisation de notre reportage, on note que la poêle Viva en question n’est plus en promotion. Et son prix courant est passé, en quelques semaines seulement, de 90 $ à 120 $, soit une augmentation de 33 %.

Réponse du détaillant : notre prix fluctue de temps à autre en fonction de certaines considérations telles que les défis à court terme touchant la chaîne d’approvisionnement, le fret et le coût d’acquisition plus élevé.

Le vrai prix d’une batterie de cuisine

Un rayon de batterie de cuisine.

De multiples batteries de cuisine en promotion dans un magasin Canadian Tire.

Photo : Radio-Canada / Éric Barbeau

Au rayon des batteries de cuisine, les promotions se multiplient. Sur 30 modèles offerts, 24 sont au rabais. Des batteries à 2000 $ en côtoient d’autres à 300 $.

Pour le spécialiste du marketing Jean Roy, c’est un truc vieux comme le monde.

C'est ce qu'on appelle le prix maximum psychologique que les consommateurs sont prêts à payer. Les études démontrent que, par exemple, sur un présentoir de patins, si vous avez une paire de patins à 800 $, ça va faire en sorte que les patins à 400 $ vont se vendre beaucoup mieux que si vous n'avez pas de patins à 800 $. Soudainement, les patins à 400 $ deviennent un incroyable rabais.

Jean Roy ajoute : on sait qu'il y a un pourcentage de gens dans la population qui sont toujours à la recherche du rabais. Si vous avez 30 % des gens qui recherchent un rabais et qu'on ne propose pas de rabais, les gens vont arrêter de venir dans notre commerce. Tous les commerçants savent ça et doivent proposer des rabais. On sait qu'on doit annoncer des rabais tout au long de l'année, sinon on va perdre un achalandage.

Comparer avant d'acheter

Jean Roy encourage le consommateur à comparer les prix avant de faire son achat. Même si ce n’est pas tout le temps facile de comparer des produits qui se ressemblent, mais qui ont de légères différences.

Il faut se rappeler que la meilleure économie, c’est de ne pas acheter quand on n’en a pas besoin, précise Mme Sylvie de Bellefeuille. Il faut garder ça en tête, se garder une petite gêne quand on a tendance à être compulsif. Combien de fois, comme consommateur, ça nous arrive d'acheter quelque chose parce que c'est en solde et que, finalement, ça aboutit dans un fond de tiroir…

Le reportage de Denis Gagné et de Gildas Meneu est diffusé à L’épicerie le mercredi à 19 h 30 et le dimanche à 13 h 30 à ICI TÉLÉ. Le samedi à 17 h 30 et le dimanche à 16 h 30 à ICI RDI.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !