•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’imposition du passeport vaccinal jugée inéquitable par des commerces à grande surface

Une agente de sécurité scanne le passeport vaccinal d'un client à l'entrée d'une quincaillerie.

Les commerces d’une superficie de plus de 1500 mètres carrés doivent exiger depuis lundi le passeport vaccinal à leurs clients.

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

Des commerçants de l’Abitibi-Témiscamingue affirment que l'application du passeport vaccinal dans les magasins à grande surface n’est pas équitable.

Alors que les commerces dont la superficie est supérieure à 1500 mètres carrés doivent appliquer la mesure, les magasins de plus petite taille sont pour leur part épargnés par celle-ci.

Selon le président-directeur général des Meubles Marchand, Dany Marchand, il s’agit là d’une iniquité.

En ce qui a trait à la grandeur, nos trois magasins sont visés. C’est un petit préjudice à l’encontre des grandes surfaces par rapport aux petites surfaces. Je pense que ça aurait dû être une mesure plus généralisée pour ne pas pénaliser des magasins plus que d’autres, estime-t-il.

Le copropriétaire de la quincaillerie Home Hardware Breton & Thibault de Rouyn-Noranda, Steve Laszczewski, abonde dans le même sens et aurait souhaité que la mesure s’applique à l’ensemble des quincailleries.

Il soutient qu’en avant-midi lundi, plusieurs clients, dont des entrepreneurs, ont rebroussé chemin à l’entrée du magasin en constatant que le passeport vaccinal était exigé.

La façade d'une quincaillerie Home Hardware.

La quincaillerie Home Hardware de Rouyn-Noranda.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Selon Steve Laszczewski, le contexte de pénurie de main-d'œuvre rend plus complexe l’application de la mesure. Les employés doivent ainsi s’alterner à l’entrée, faisant en sorte qu’un plus petit nombre d’entre eux est disponible sur le plancher pour servir les clients.

Un plus grand achalandage dans les petites quincailleries?

Alors que les quincailleries de grande surface ne pourront plus accueillir les clients non vaccinés, certains d’entre eux pourraient avoir à se rendre dans des commerces de plus petite superficie, non touchés par la mesure.

Le copropriétaire de la quincaillerie Rocheleau Home Hardware de Rouyn-Noranda, Jacques Rocheleau, ne s’attend toutefois pas à une hausse importante de l'achalandage.

Je ne pense pas que ça va créer une affluence énorme. Peut-être une petite augmentation. S’il y a un goulot d’étranglement dans les grandes surfaces, peut-être qu’il y en a quelques-uns qui vont décider de venir dans une plus petite quincaillerie pour que ça aille plus rapidement, affirme-t-il.

Même s’il ne croit pas non plus que la hausse de l'achalandage sera significative, le propriétaire du magasin BMR de Montbeillard à Rouyn-Noranda, Jean-Pierre Marchand, ne dédaigne pas l’idée d’accueillir quelques nouveaux clients.

« On n’est pas touchés par le passeport vaccinal, mais comme les grandes surfaces vont être touchés, on espère que ça va nous amener un petit peu plus de clientèle et on va être là pour les servir. »

— Une citation de  Jean-Pierre Marchand, propriétaire du magasin BMR de Montbeillard.

Tourner la page sur la pandémie

Au magasin l’Aubainerie de Rouyn-Noranda, la gérante Line Boulanger affirme que la tâche la plus complexe a été d’engager un employé afin de vérifier les codes QR des clients.

Elle soutient que l’application de la nouvelle mesure n’a pour l’instant pas de conséquences importantes sur ses opérations.

Mes clients, je n’ai aucun commentaire négatif, à part peut-être un. Pour l’achalandage, je ne vois pas de changement, je ne vois rien de dérangeant, loin de là, affirme-t-elle.

Une dame devant le commerce Aubainerie qui demande le passeport vaccinal.

Le magasin Aubainerie de Rouyn-Noranda fait partie des commerces qui doivent maintenant demander le passeport vaccinal.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Elle souhaite cependant que la mesure soit retirée dès que la situation sanitaire le permettra.

Le plus tôt possible qu’on peut se libérer de ça, des protocoles au niveau des codes QR, c’est sûr qu’on ne sera pas fâché de la chose. Mais si c’est par ça qu’il faut passer pour qu’on revienne à quelque chose de plus naturel et moins complexe, on est prêt à le faire pour la santé de nos clients et de nos employés, dit-elle.

De son côté, Dany Marchand dit observer une très bonne collaboration de la part des clients en magasin et souhaite que la mesure contribue à freiner la pandémie une fois pour toutes.

C’est un peu un soupir de soulagement parce qu’on ne fait pas ça pour être à l’encontre de personne, on fait ça pour faire notre rôle de citoyen corporatif. On veut juste faire les bonnes choses pour pouvoir tourner la page de cette pandémie, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !