•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les marchés boursiers nord-américains ont rebondi en fin d’après-midi

La femme est au téléphone et regarde des écrans.

Les inquiétudes entourant les décisions des banques centrales et les risques géopolitiques en Ukraine pourraient expliquer cette volatilité des marchés.

Photo : Associated Press / Courtney Crow/New York Stock Exchange

La Presse canadienne

Les marchés boursiers nord-américains ont fortement rebondi lundi, en fin d'après-midi, après avoir effectué un plongeon plus tôt dans la séance, fragilisés par les inquiétudes entourant les décisions des banques centrales et les risques géopolitiques en Ukraine.

L'indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a clôturé en baisse de 50,09 points à 20 571,30, mais affichait plus tôt dans la séance un recul de plus de 700 points.

À son creux de lundi, le parquet torontois montrait un recul de 7,6 % par rapport à son plus récent sommet, ce qui représentait sa pire chute depuis le début de la pandémie.

La situation était encore pire aux États-Unis, où les trois plus grands marchés ont techniquement subi une correction en retraitant d'au moins 10 % par rapport à leurs récents sommets. L'indice de référence du NASDAQ perdait même 19,2 % pendant que le S&P 500 affichait une baisse de 12,4 %.

Cependant, les trois grands indices ont rebondi pour finir la journée à la hausse. La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a terminé la séance sur un gain de 99,13 points à 34 364,50 points. L'indice élargi S&P 500 s'est emparé de 12,19 points à 4410,13 points, tandis que l'indice composé du NASDAQ a progressé de 86,21 points à 13 855,13 points.

Avant la reprise tardive, le stratège en investissement Angelo Kourkafas, de la firme Edward Jones, a décrit la journée comme un éclair soudain.

Nous avons vu des ventes assez aveugles et une certaine panique, ce qui est généralement le type de conditions qui marquent un creux ou un soutien à court terme. Nous verrons si cela se produit, a-t-il affirmé lors d'une entrevue.

Le climat de l'investissement s'est détérioré ces derniers mois en prévision d'un changement de politique de la part des banques centrales qui se sont orientées vers un resserrement monétaire et des hausses de taux d'intérêt pour limiter l'inflation, après avoir utilisé des mesures de relance pour lutter contre les effets de la pandémie de COVID-19.

La Réserve fédérale des États-Unis et la Banque du Canada devraient dévoiler au moins une partie de leur plan à cet égard mercredi.

Le premier catalyseur lundi a été l'incertitude géopolitique après que le département d'État américain eut ordonné aux familles du personnel américain de l'ambassade américaine en Ukraine de quitter le pays.

Alors que les résultats financiers d'entreprises pour le quatrième trimestre ont, jusqu'à présent, généralement dépassé les attentes, les inquiétudes concernant les marges et les perspectives, d'abord par les banques américaines, ont introduit une certaine prudence quant au fait que la main-d’œuvre et d'autres dépenses auront un effet sur la rentabilité, a expliqué M. Kourkafas.

Les 11 secteurs du TSX étaient en baisse pendant la plus grande partie de la journée, mais ceux des technologies de l'information, de la consommation de base, de la consommation discrétionnaire et de la santé ont malgré tout terminé la séance de lundi sur une note positive.

Le secteur de la technologie a avancé de 1,8 %. Le groupe de l'énergie a pour sa part encaissé le plus grand revers, retraitant de 1,5 %.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a reculé de 1,83 $ US à 83,31 $ US le baril et celui du gaz naturel a progressé de 9,3 ¢ US à 3,88 $ US le million de BTU.

Le prix de l'or a grimpé de 9,90 $ à 1841,70 $ US l'once et celui du cuivre a glissé de 11,2 ¢ US à 4,41 $ US la livre.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s'est négocié au cours moyen de 79,01 ¢ US, en baisse par rapport à celui de 79,71 ¢ US de vendredi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !