•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un élan de solidarité pour Les gens oubliés d’Hébertville après le vol

Une dame parle au téléphone dans un bureau.

La directrice générale de l'organisme Les gens oubliés d'Hébertville, Ginette Dionne, répond à des appels sans arrêt depuis lundi matin.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Radio-Canada

En ce début d'année, la population jeannoise est particulièrement généreuse. Tant du côté de l’organisme Les gens oubliés d'Hébertville qu'à la Moisson d'Alma, les dons de denrées se font particulièrement nombreux.

Ainsi, le téléphone ne dérougit pas depuis que l’organisme d’Hébertville a lancé une campagne de dons après avoir été victime d'un vol la semaine dernière.

C'est comme un cadeau du ciel qui nous tombe. [...] Moi ça fait 25 ans que je suis ici, et ça n'a pas été toujours facile, a raconté la directrice générale, Ginette Dionne. De sentir l'appui de notre municipalité, de sentir l'appui de gens que l'on ne connaît même pas. Ils ont pris en charge des petits dons et plein de choses comme ça pour nous aider. Même un coup de téléphone pour nous dire : "Bien, ne lâchez pas, vous faites du beau travail." C'est valorisant pour nous.

Les congélateurs ont été vidés, lavés et remplis à nouveau, tout comme la réserve, laissée pratiquement vide après le passage des voleurs.

Un homme change une serrure.

Lundi matin, les serrures de l'organisme Les gens oubliés ont été changées.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

La directrice et les bénévoles ont travaillé tous les jours depuis le méfait. Depuis mercredi passé, on n'a pas lâché, on a travaillé tout le temps, tout le temps, tout le temps, parce que le centre, c'était un tsunami. C'était tout reviré de bord, a révélé Mme Dionne.

Heureusement, les dons en argent et en denrées se sont multipliés grâce à l'apport de citoyens, du député Éric Girard, par son initiative Mon voisin je m'en occupe!, et d'entreprises comme Maxi, qui a notamment remis 2000 $.

On devrait être capables de subvenir aux besoins de nos gens pour aller jusqu'aux prochains états financiers, a-t-elle poursuivi.

Des conserves sur des étagères.

Le garde-manger de l’organisme Les gens oubliés d’Hébertville a été regarni.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Par contre, le vol a aussi eu un impact psychologique. On rentre travailler et on se sent insécures. On a comme l'impression que les gens, ils sont rentrés comme chez nous. On se sent violés à quelque part, a partagé Ginette Dionne.

Étagères pleines à la Moisson d'Alma

Cette générosité de la population semble généralisée sur le territoire.

La Moisson d'Alma peut aussi se vanter d'avoir des étagères pleines depuis quelques semaines.

Pendant la période des Fêtes, ici, à la Moisson d'Alma, on a été grassement servis. On a eu vraiment des levées de denrées qui se sont faites dans plein d'organismes. Pour ce qui en est de mon entrepôt, c'est plein jusqu'au plafond. On est vraiment contents. On a engrangé, puis on en a pour un bon bout à pouvoir gâter nos clients avec toutes sortes de choses, a indiqué Corine Ouellet, superviseure et adjointe à la Moisson d’Alma.

Des étagères remplies de boîtes de nourriture.

Les étagères sont pleines de denrées à la Moisson d’Alma.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

L'organisme aimerait aussi pouvoir offrir des produits plus rares à sa clientèle. Mon Dieu, on est toujours preneurs, la viande fraîche, même des choses qu'on n’a jamais, comme le beurre, la margarine, a énuméré Mme Ouellet.

Car si la population se fait généreuse en temps de pandémie, les demandes d'aide alimentaires sont malheureusement toujours croissantes.

D’après un reportage de Laurie Gobeil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !