•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour en classe : des centaines d’élèves en isolement en Abitibi-Témiscamingue

École secondaire La Calypso d'Amos.

Au Centre de services scolaire Harricana, plus de 300 élèves sont absents des bancs d'école.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Une semaine jour pour jour après le retour en classe, plusieurs centaines d’élèves sont absents des écoles de l’Abitibi-Témiscamingue en raison de la COVID-19.

Au Centre de services scolaire Harricana par exemple, 73 cas positifs ont été décelés dans les derniers jours chez des élèves du primaire, du secondaire et de la formation professionnelle. En ajoutant les élèves en isolement préventif, ils sont plus de 300 absents des bancs d’école.

Une quarantaine de membres du personnel sont aussi en isolement ou ont reçu un résultat positif.

Le directeur général Yannick Roy explique qu’il s’ajuste selon la durée de l’isolement requis, l’âge des enfants et leur degré d’autonomie.

Il y a différents scénarios possibles. On a des scénarios où on utilise un système de communication entre la maison et l’école, donc l’enseignante est en mesure de voir la classe de chez elle et on va avoir un surveillant ou un autre membre du personnel. D’autres plateformes qu’on utilise, comme la plateforme Teams qui peut être de l’enseignement à distance ou du personnel, des suppléants qui sont disponibles. Je vous dirais qu’on s’adapte à chacune des situations en ce moment, précise Yannick Roy.

Yannick Roy parle au lutrin dans le gymnase de l'école de La Motte.

Yannick Roy, directeur général du Centre de services scolaire Harricana.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Au Témiscamingue, 85 élèves et 20 membres du personnel sont à la maison avec le virus ou en isolement.

Au Centre de services scolaire de l’Or-et-des-Bois, près de 160 cas de COVID-19 ont été déclarés chez des enfants ou des membres du personnel qui ont fréquenté l’école depuis la rentrée le 17 janvier.

Le virus circule aussi dans les CPE

Plusieurs centres de la petite enfance (CPE) sont aussi touchés par des éclosions de COVID-19.

Des directions n’ont eu d’autre choix que de demander aux parents de garder leurs enfants à la maison dans la mesure du possible.

Il y a eu plusieurs cas, dont des enfants et des éducatrices. Il me manque déjà des éducatrices au départ. Je vois une petite lumière au bout du tunnel par rapport à la semaine dernière, par contre il y a encore une logistique au niveau des horaires. La semaine dernière, on avait beaucoup de locaux fermés, on a eu beaucoup de collaboration des parents qui ont gardé leur enfant à la maison, raconte Marie-Claude Dupuis, directrice générale par intérim du CPE Bambin et Câlin de Malartic.

Même son de cloche au CPE La Magie du rêve de Val-d’Or, où le retour des Fêtes a été particulièrement difficile, car il manquait 5 éducatrices.

Le CPE La Magie du Rêve de Val-d'Or.

Le CPE La Magie du Rêve de Val-d'Or

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Après deux ans, on voit aussi l'essoufflement de l’équipe. Le fait que la santé publique ne gère plus les situations d’isolement et déclarations, il faut faire un peu l'exercice de savoir qui a été en contact avec qui. Et comme les enfants qui ont côtoyé d’autres enfants qui ont testé positif n’ont plus à s’isoler, ça fait une traînée de poudre ici au CPE, explique France-Claude Goyette, directrice générale du CPE La Magie du rêve de Val-d’Or.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !