•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Garderies à 10 $ : « Nous attendons tous le gouvernement de l’Ontario », dit Trudeau

Deux photos juxtaposées.

Justin Trudeau espère en arriver à une entente avec le gouvernement de Doug Ford prochainement. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick/Nathan Denette

L’Ontario est la seule province à ne pas avoir conclu d’entente avec le gouvernement fédéral afin d’offrir des garderies à 10 $ par jour, et le premier ministre canadien s’impatiente.

Nous sommes prêts à en arriver à une entente avec l’Ontario depuis plusieurs, plusieurs mois déjà, a déclaré Justin Trudeau, durant un point de presse virtuel, lundi. Celui-ci annonçait en être venu à une entente avec le Nunavut afin d’y réduire les coûts des services de garde.

« L’argent est là. On a simplement besoin que le gouvernement de l’Ontario aille de l’avant. »

— Une citation de  Justin Trudeau

Les partis de l’opposition à Queen’s Park, eux, sont à bout de patience. De plus, experts et activistes se disent frustrés de la situation.

Or, selon Stephen Lecce, ministre de l’Éducation de la province, l’entente sur la table n’est pas satisfaisante et doit être renégociée.

Un investissement à plus long terme

Les Ontariens font face aux coûts de service de garde les plus élevés de tout le pays. Ceci signifie que les milliards de dollars dans les garderies de l’Ontario [que le] gouvernement fédéral est prêt à investir sont plus importants que jamais, a expliqué M. Trudeau lundi.

En réaction à ces commentaires, M. Lecce a affirmé que l’Ontario était à la recherche d’une entente plus flexible et à plus long terme.

Stephen Lecce à un podium durant un point de presse.

Stephen Lecce est le ministre de l'Éducation de l'Ontario. (Archives)

Photo :  (Tijana Martin/The Canadian Press)

Nous sommes à la table de négociation afin d’obtenir un investissement à plus long terme et plus de flexibilité pour supporter toutes les familles, peu importe leur choix, que ce soit dans une garderie sans but lucratif ou une garderie indépendante, a-t-il déclaré lors d’un point de presse dans une clinique de vaccination dans le Grand Toronto, lundi.

Dans son budget 2021, le gouvernement fédéral a prévu une enveloppe de 30 milliards de dollars sur cinq ans pour la mise en place d’un système universel de garderie au pays.

Les représentants du gouvernement ontarien répètent depuis des mois que l’entente présentée par le gouvernement fédéral ne leur permettrait pas d’offrir des places à 10 $ par jour.

Pendant ce temps, souligne M. Trudeau, les familles ontariennes paient. Il y a beaucoup d’endroits dans ce pays - plusieurs provinces - où les coûts des services de garde sont déjà réduits de centaines de dollars par mois, mais l’Ontario n’a toujours pas réussi à nous rejoindre sur l’entente que nous présentons.

« Les familles sont prêtes et ont hâte de voir les coûts des services de garde baisser - nous attendons tous le gouvernement de l'Ontario. »

— Une citation de  Justin Trudeau

L’opposition en furie

Les partis d’opposition ont réagi à l’entente entre le Nunavut et le gouvernement fédéral au sujet des services de garde.

À ce jour, l'Ontario est officiellement la seule province et territoire du Canada à ne pas avoir signé d’entente sur les services de garde à 10 $ par jour. [...] Les parents paient 2000 $ ou plus par mois en frais alors que les familles de toutes les autres juridictions du pays paient aussi peu que 10 $ par jour. [Doug] Ford n'est pas là pour les parents qui travaillent, et ils en paient littéralement le prix, a déclaré Bhutila Karpoche, critique en matière de services de garde du NPD.

Le Parti libéral de l’Ontario a lui aussi réagi par l’entremise de son chef, Steven Del Duca. Les conservateurs de Doug Ford ne négocient que pour qu’Ottawa réduise artificiellement le déficit de Doug Ford, et non pour s’occuper du portefeuille des familles ontariennes, a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le chef libéral Steven Del Duca remonte ses lunettes en écoutant la question d'un journaliste.

Steven Del Duca est le chef du Parti libéral de l'Ontario. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Lorsque les parents ontariens se rendront aux urnes en juin, ils ne pourront pas oublier les milliers de dollars que Doug Ford leur a fait perdre avec son impasse sur les services de garde.

Des activistes exaspérés

Carolyn Ferns, coordonnatrice des politiques de la Coalition ontarienne pour de meilleurs services éducatifs à l’enfance, a exprimé son désarroi sur Twitter.

Il est difficile d'exprimer adéquatement la profondeur de ma colère face aux échecs du gouvernement Ford en matière de garde d'enfants. [...] Ils ont laissé tomber les enfants, les familles et les éducateurs à répétition. Beaucoup de parents m’ont dit qu'ils ont bien hâte aux élections de juin, a-t-elle déclaré.

La présidente du Congrès du travail du Canada, Beatrice Bruske, abonde dans le même sens.

Plus de 4 millions de familles ontariennes sont laissées pour compte, a-t-elle déclaré dans un communiqué de presse publié lundi après-midi.

Les services de garde à l’enfance à prix abordable sont à portée de main des parents de l’Ontario : il suffit que Doug Ford et les conservateurs leur y donnent accès.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !