•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le passeport vaccinal arrive dans les magasins à grande surface estriens

Une employée vérifie le code QR de deux clients.

Depuis lundi, une dizaine de magasins à grande surface du Carrefour de l'Estrie doivent exiger le passeport vaccinal.

Photo : Radio-Canada / Marion Bérubé

Radio-Canada

Depuis lundi matin, les clients des magasins à grande surface doivent présenter leur passeport vaccinal avant d'entrer, comme ils le font déjà dans les succursales de la SAQ et de la SQDC. Il s’agit d’une adaptation de plus pour les commerçants.

Au Carrefour de l'Estrie, le passeport n'est pas exigé dans les aires communes. Seule une dizaine de commerces dont la superficie est supérieure à 1500 mètres carrés doivent le demander.

« Ça se passe bien, les gens sont assez compréhensifs. »

— Une citation de  Laurence Binzberger, employée au Sports Experts

Lundi matin, il n’y avait pas de files d’attente devant les commerces touchés par la nouvelle mesure. Le copropriétaire du Sports Experts Simon Gagnon craint cependant les jours où l'achalandage sera plus grand.

Simon Gagnon devant son magasin.

Simon Gagnon est copropriétaire du Sports Experts au Carrefour de l'Estrie.

Photo : Radio-Canada / Marion-Bérubé

Ce n’est pas très positif pour nous, bien entendu. Ce qu’on voit, c’est qu’on a déjà des gens qui vérifient la quantité de gens en magasin, on a des gens qui vérifient que tout le monde met du Purell, on a des gens qui vérifient que tout le monde a des masques. Là, on a des gens qui vérifient le passeport. On commence à manquer de gens, explique-t-il. 

Agents de sécurité demandés

Il pourrait d'autant plus être difficile pour les commerçants de se rabattre sur des agents de sécurité pour faire la vérification du passeport vaccinal. La pénurie de main-d’œuvre touche en effet les entreprises de sécurité, selon Nick Milano, le directeur principal du département des services spécialisés des Commissionnaires du Québec. Cette entreprise embauche plus de 3000 agents de sécurité à travers la province.

Depuis le début de la pandémie, il y a une augmentation pour la demande d’agents de sécurité. La récente annonce [sur le passeport vaccinal dans les commerces à grande surface] ajoute à la demande, mais dans un segment spécifique, le segment commercial, souligne-t-il.

Devant ces défis, le porte-parole du Carrefour de l'Estrie Daniel Durand espère que la clientèle sera indulgente.

Ça fait 22 mois qu’on vit cette pandémie-là. On est tous solidaires, soutient-il.

« Ces magasins-là n’ont pas demandé à être imposés avec cette nouvelle réglementation-là. On demande aux gens qui vont fréquenter le Carrefour de l’Estrie de redoubler encore plus de patience.  »

— Une citation de  Daniel Durand, vice-président du marketing et des communications pour le Groupe Mach

Les quincailleries également visées par les nouvelles mesures

Les quincailleries à grande surface doivent aussi exiger le passeport vaccinal de tous leurs clients depuis lundi.

Ce n’est pas évident à faire, mais j'aime ma job, j'aime ce que je fais, j'essaie de garder ça le plus agréable possible. Je veux que le monde soit satisfait quand il vient magasiner ici, mais avec les circonstances de ce matin, je ne peux pas rendre tout le monde heureux non plus, remarque Louis-Philippe Doyon, le superviseur du RONA Matériaux Magog Orford.

Dans le milieu de la quincaillerie, le manque de personnel et la gestion du passeport vaccinal représentent également un casse-tête pour les gestionnaires.

On a plusieurs entrées et sorties, on a beaucoup d' heures d'ouverture, ça prend beaucoup de main-d'œuvre pour être en mesure de valider les passeports, indique Éric Breton, le directeur général du RONA Magog Orford. Les fins de semaine, j'appréhende que ce soit difficile. 

« Les employés qui sont aux portes, ils ont été sélectionnés, c'est des gens avec des bons caractères, pour être mesure de dédramatiser.   »

— Une citation de  Éric Breton. directeur général de RONA Matériaux Magog Orford
L'entrée du Rona Magog. Une affiche indique "Ici, passeport vaccinal obligatoire".

Le Rona Magog doit également exiger le passeport vaccinal depuis lundi.

Photo : Radio-Canada / Fanny Geoffrion

Malgré une demande de l'Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction, les constructeurs, les entrepreneurs et leurs travailleurs ne sont pas exemptés de cette nouvelle mesure, et doivent présenter leur passeport vaccinal comme les autres clients.

Éric Breton souligne que beaucoup d'entrepreneurs peuvent effectuer leurs commandes par téléphone ou par livraison. Pour certains travailleurs, il est cependant encore essentiel d'entrer en magasin.

Un entrepreneur rencontré au RONA lundi par Radio-Canada a par exemple expliqué qu’il devait maintenant se rendre lui-même au magasin, puisqu’un de ses employés n’avait pas reçu toutes ses doses. Il faut que j'aille moi-même chercher les matériaux manquants, au lieu d’envoyer mon employé comme je faisais d'habitude. [...] Mais je fais avec.

Les pharmacies, les épiceries et les stations-service sont exemptées de ces nouvelles mesures. Les pharmacies qui se trouvent dans les magasins à grande surface devront cependant accompagner les clients non vaccinés à l’intérieur du commerce. 

Avec les informations de Marion Bérubé et de Fanny Geoffrion 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !