•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pfizer ou Moderna? Des pharmaciens dénoncent le « magasinage de vaccin » au N.-B.

A pharmacist draws up a dose of the Pfizer-BioNTech COVID-19 vaccine in Toronto on Friday. There have been growing reports of Canadians turning down second doses of Moderna at vaccine clinics if they'd already received a shot of Pfizer, over misguided concerns that mixing the two shots may not be as safe or effective.

La province tente de vacciner le plus grand nombre de Néo-Brunswickois d’ici la fin du confinement prévu dans moins d’une semaine.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

Au Nouveau-Brunswick, des pharmaciens s’inquiètent de voir plusieurs personnes « magasiner » le vaccin qu'ils recevront comme dose de rappel. Ils ont remarqué que les gens annulent leur rendez-vous lorsqu’on les informe qu’ils recevront le vaccin de Moderna, plutôt que celui de Pfizer, ou décident tout simplement de ne pas se présenter.

Selon le pharmacien et membre du conseil d'administration de l’Association des pharmaciens du Nouveau-Brunswick, Dennis Abud, les gens magasinent la troisième dose et cette problématique touche plusieurs régions de la province.

Le pharmacien en entrevue devant un comptoir de médicaments.

Dennis Abud, pharmacien et membre du conseil d'administration de l’Association des pharmaciens du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

C’est un peu partout, les cliniques ne se remplissent pas quand c’est Moderna. La minute que c’est Pfizer, la clinique se remplit, lance-t-il.

Ailleurs au pays, l'Association des pharmaciens rapporte que près de la moitié des Ontariens ont refusé la dose de rappel de Moderna en pharmacie.

Dennis Abud précise que certaines personnes prennent plusieurs rendez-vous dans quelques pharmacies et cliniques pour tenter de recevoir le vaccin désiré, sans annuler les autres rendez-vous.

Au Nouveau-Brunswick, la plupart des adultes de plus de 30 ans reçoivent actuellement une dose de rappel du vaccin de Moderna. La santé publique préconise l’utilisation du vaccin Pfizer pour les personnes âgées de moins de 30 ans, en raison de réserves limitées et de taux inférieurs de myocardite ou de péricardite (inflammations du cœur) lors de l'administration de ce vaccin.

Un casse-tête pour les pharmaciens

Cette situation crée bien des ennuis aux pharmaciens qui se retrouvent avec des doses en trop. Ils craignent de devoir gaspiller des doses inutilement.

Les annulations, c’est facile à gérer, mais c’est quand les gens ne se présentent pas. Là on est pris avec des doses d’extra à la fin de la journée, il faut qu’on trouve du monde, explique Dennis Abud.

Selon le pharmacien, les gens sont réticents à recevoir un vaccin d’un autre fabricant que celui dont ils ont reçu leur dose précédente. Ils craignent de possibles complications ou effets secondaires.

Pourtant, la science se veut rassurante.

Benoit Barbeau, professeur au département des sciences biologiques de l'UQÀM et spécialiste en virologie.

Benoit Barbeau, professeur au département des sciences biologiques de l'UQÀM et spécialiste en virologie.

Photo : Radio-Canada

Benoît Barbeau, professeur au département sciences biologiques de l’UQAM et expert en virologie, souligne que les effets secondaires graves du vaccin sont très rares, peu importe si c'est Moderna ou Pfizer qui le fabrique.

Rappelons-nous que ces complications-là sont soignables, la majorité ne nécessite pas un traitement à l'hôpital et les traitements à l'hôpital sont de courte durée, dit-il.

Selon lui, la crainte des gens face au vaccin Moderna viendrait de la circulation d’information au début de la campagne de vaccination. Ce type de vaccin était associé à des complications plus importantes que celui de Pfizer, en raison d’une plus grande quantité d’ARN dans les doses initiales du vaccin Moderna, qui aurait provoqué des effets secondaires.

Que ce soit Moderna ou Pfizer, la troisième dose est nécessaire, selon l’expert en virologie.

Si vous recevez Moderna après Pfizer, c’est à peu près le même type de formulation vaccinale, [...] la technologie est la même et en bout de ligne, l’impact sera le même, souligne Benoît Barbeau.

Pour lui, il est plus risqué de refuser la dose de rappel et de risquer d'être infecté par la COVID-19.

« Décider de ne pas prendre Moderna pour les raisons et informations qui ont circulé, ce n’est certainement pas la bonne idée, la bonne solution. »

— Une citation de  Benoît Barbeau, virologue

Le risque d’hospitalisation est encore bien présent dans cette cinquième vague. Le variant Omicron, bien qu'il est associé à des symptômes moins graves, est très infectieux. Certains d'entre nous, le moins possible, devront être hospitalisés, lance Benoît Barbeau.

La province tente de vacciner le plus grand nombre de Néo-Brunswickois d’ici la fin du confinement prévu dans moins d’une semaine.

Pour sa part, la Société médicale du Nouveau-Brunswick dit comprendre que des personnes puissent être réticentes à recevoir un vaccin différent que celui qu'ils ont reçu pour les deux premières doses, mais insiste sur le fait que les deux vaccins fonctionnent de la même manière et offrent tous deux une protection sûre et efficace contre la maladie et le risque d’hospitalisation et de décès qui y est associé.

Or, étant donné les stocks limités du vaccin de Pfizer pour les prochains mois et puisque le Comité consultatif national de l'immunisation a déclaré que ces deux vaccins pouvaient être utilisés de façon interchangeable, nous encourageons le public à s’en prévaloir dès maintenant, précise l'organisation par courriel.

Le pharmacien Dennis Abud exhorte les gens à recevoir leur dose de rappel, peu importe le type de vaccin.

Ce n'est pas vraiment le temps de magasiner les vaccins. Il faut qu’on vaccine, le plus de monde qui vont avoir la troisième dose, le mieux, le plus vite qu’on va se sortir du confinement, le plus vite qu’on va revenir à la normale. Prenez le vaccin qui est disponible, conclut-il.

D’après les informations de Sarah Déry

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !