•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La rémunération des conseillers municipaux sous la loupe des résidents de Windsor

Réunion en virtuel sur les compensations du conseil municipal de Windsor.

Vincent Georgie, président du comité organisateur et vice-président de l'Université de Windsor, préside en ligne les discussions sur les compensations du Conseil municipal.

Photo : GABRIEL NIKUNDANA

Des consultations publiques ont lieu actuellement à Windsor au sujet du salaire et des avantages du maire et des conseillers municipaux pour leur prochain mandat. La prise en considération de leur temps de travail est au coeur des discussions.

L’objectif des consultations est de connaître l'opinion des gens de la communauté sur les salaires qu’on devrait offrir au maire et aux membres du conseil, explique Vincent Georgie, président du comité organisateur et vice-président de l'Université de Windsor.

Selon les données fournies par la Ville, le maire de Windsor touche un salaire annuel de 199 167 $ tandis que les conseillers, qui sont à temps partiel, gagnent 46 898 $.

Pour M. Georgie, les consultations visent également à s'assurer que les compensations des élus municipaux respectent les normes des autres villes ontariennes.

On veut comprendre : est-ce que la compensation est comparable à d’autres villes? Quelles sont les réalités de Windsor qui sont similaires ou différentes, et finalement apporter une suite de recommandations, précise-t-il.

La juste rémunération des conseillers

Ce qui a retenu l'attention lors de la première séance lundi, c'est de savoir si les conseillers municipaux devraient être payés en tant que salariés à temps plein ou à temps partiel. Selon M. Georgie, les avis des résidents sont partagés sur la question.

Il y a certains qui [veulent] que ça devienne un rôle à temps plein, parce qu’en réalité les heures travaillées sont à temps plein, dit-il.

Albert Saba, résident de Windsor qui s'intéresse à la politique municipale, est loin d'être d'accord avec l'idée.

Cette question, elle est non avenue, parce que le conseil municipal de Windsor a toujours travaillé en temps partiel et ça a toujours marché. Les conseillers municipaux devraient rester à temps partiel, soutient-il.

Un homme vêtu d'un costume et qui porte des lunettes.

Albert Saba, résident de Windsor , engagé dans la communauté. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Helene Bardeau

Selon lui, l'augmentation salariale des élus n'est par ailleurs pas justifiée à l'heure actuelle. Il préfère mettre l'argent dans l'amélioration des services municipaux.

Nous avons d’autres choses à débattre maintenant, qui sont beaucoup plus sérieuses que cela, notamment la qualité de vie, précise-t-il.

Un exercice de démocratie municipale

La professeure à l'École d’études politiques de l'Université d’Ottawa Anne Mévellec salue pour sa part l'initiative du débat public sur cet enjeu.

En général, la question de la rémunération des élus, que ce soit au municipal, au provincial ou au fédéral, reste une question assez sensible pour les élus de discuter de la manière dont ils vont se rémunérer, c’est souvent une démarche qui est plutôt à l'abri des regards, explique-t-elle.

« À ma connaissance, c’est la première fois que j’observe une démarche publique de ce type-là et systématisée dans le temps. »

— Une citation de  Anne Mévellec, professeure à l'École d’études politiques de l'Université d’Ottawa

D'après Mme Mevellec, le fait qu’il y ait une commission qui traite de cet enjeu-là [...], c'est une vraie réflexion sur la démocratie municipale.

Outre le salaire, les résidents sont appelés à donner leurs avis sur d’autres avantages à accorder aux élus municipaux, notamment les soins de santé, l'appui administratif et technologique.

La prochaine étape

À partir des consultations, le comité organisateur formulera des recommandations qui seront présentées au conseil municipal au mois de mars, indique Vincent Georgie.

Ce seront les membres du conseil municipal eux-mêmes qui prendront une décision, ajoute-t-il.

Si le conseil adopte les changements, ils seront appliqués après la prochaine élection municipale au mois d’octobre 2022.

Une autre séance de consultations publique est prévue pour jeudi à 17 h.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !