•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Robert Leeming est reconnu coupable du meurtre de la fille de Jasmine Lovett

Robert Leeming escorté par deux policiers.

Robert Leeming avait plaidé non coupable pour le meurtre de la fille de Jasmine Lovett en 2019 (archives).

Photo : Radio-Canada / Julie Debeljak

Radio-Canada

Robert Leeming a été reconnu coupable du meurtre d’Aliyah Sanderson, la fille de sa compagne. Il avait déjà admis en 2019 avoir assassiné Jasmine Lovett, la mère de l’enfant.

Le juge Keith Yamauchi, de la Cour du Banc de la Reine de l'Alberta, a rendu sa décision lundi. Dans un document de 54 pages, il conclut que l’accusé a menti dans son témoignage.

« M. Leeming n'est pas un témoin crédible », a expliqué le juge.

Robert Leeming a témoigné en son propre nom et a affirmé qu'Aliyah Sanderson, alors âgée de 22 mois, était morte de manière accidentelle après être tombée dans les escaliers.

Il a expliqué avoir dit à Jasmine Lovett qu’il avait ensuite trouvé sa fille inanimée dans le lit de leur maison de Calgary.

Robert Leeming a affirmé avoir tué Jasmine Lovett, en avril 2019, après que celle-ci l’aurait accusé d'être responsable de l’état de son enfant.

Il a plaidé coupable pour le meurtre de sa compagne Jasmine Lovett, mais non coupable de la mort de sa fille, Aliyah Sanderson, au premier jour de son procès en octobre 2021.

Une audience de détermination de la peine aura lieu à une date ultérieure. Une condamnation pour meurtre au second degré est automatiquement accompagnée d'une peine de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 10 à 25 ans.

Le juge peut aussi imposer des périodes consécutives d’inadmissibilité à la libération conditionnelle. Le procureur Doug Taylor n’a pour l’instant pas divulgué ce qu’il a l’intention de demander comme peine.

D'après les informations de Meghan Grant

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !