•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éclosion de COVID-19 au sein de la population itinérante de Saint-Jean à T.-N.-L.

L'édifice de l'organisme The Gathering Place.

L'organisme The Gathering Place gère un refuge d'urgence dans le centre-ville de Saint-Jean, à Terre-Neuve.

Photo : Radio-Canada / Jeremy Eaton

Des refuges d’urgence à Saint-Jean, à Terre-Neuve, sont sur un pied d’alerte alors qu’une éclosion de COVID-19 secoue la population itinérante de la ville.

Au cours des dernières semaines, plus de la moitié des refuges d’urgence de la région ont transféré des clients vers un site surnommé l’Hôtel COVID, un hébergement dont 10 chambres sont réservées pour loger des itinérants ayant contracté la maladie ou attendant le résultat d’un test de dépistage.

Depuis deux semaines, l’Hôtel COVID est à sa pleine capacité, selon Doug Pawson, responsable du programme d’hébergement financé par le gouvernement fédéral.

On s’y attendait, surtout avec les Fêtes et l’augmentation des cas liés au variant Omircron, assure M. Pawson, qui est à la tête de l’organisme End Homelessness St. John’s.

L’organisme The Gathering Place, qui gère un refuge d’urgence avec 30 lits dans le centre-ville de Saint-Jean, n’accepte plus de nouveaux clients depuis vendredi.

Selon le directeur général du refuge, Paul Davis, 17 des clients du refuge sont atteints de la COVID-19 et s'isolent soit au refuge ou dans l’Hôtel COVID.

Plusieurs travailleurs sont aussi en quarantaine, mais les contacts étroits qui sont asymptomatiques peuvent continuer de travailler. Ces derniers doivent toutefois se mettre en quarantaine lorsqu’ils ne sont pas au travail, ajoute Paul Davis, en soulignant que son organisme suit à la lettre les directives de la santé publique,

M. Davis n’a pas indiqué combien de ses travailleurs avaient contracté le virus, mais a affirmé que la situation évolue constamment.

Jeudi dernier, il y avait neuf employés en isolement. Deux d’entre eux sont rentrés au travail le jour même. Quatre autres ont commencé leur quarantaine le lendemain, note-t-il.

Protocoles d'urgence

Paul Davis raconte qu’une personne symptomatique est entrée dans le refuge mercredi. Elle a par la suite été mise en isolement et a obtenu un résultat positif vendredi soir.

Le refuge dépiste toutes les personnes ayant été en contact avec la personne infectée depuis le 17 janvier. Des infirmières de la Régie de santé de l’Est étaient sur place samedi et dimanche pour dépister les clients.

Paul Davis explique que depuis Noël, son refuge limite la programmation qu’il offre, dont les services de santé. Sa salle à manger est fermée, mais il offre toujours des repas pour emporter.

Tout le personnel travaillant auprès des personnes sans-abri doit porter des gants, un masque, une visière et un habit de protection. Les autres membres du personnel portent un masque filtrant et une visière en tout temps. Les 250 bénévoles de l'organisme ne peuvent plus entrer dans l'édifice.

Des questions sur l'isolement des clients

Le refuge The Gathering Place compte le tiers des lits d’urgence de la capitale provinciale. Le refuge d’urgence a été établi quelques mois après le début de la pandémie, mais ses lits se trouvent tous dans la même pièce, un ancien gymnase où l’isolement est presque impossible.

Le refuge se trouve également dans un édifice où plusieurs autres services sont offerts à l’ensemble de la population itinérante de Saint-Jean.

Je m’inquiète, comme d’autres membres de la communauté, que le gouvernement ait établi un refuge d’urgence, un service essentiel pendant la pandémie, dans un endroit où d’autres services sont offerts, explique Robyn LeGrow, militante communautaire qui habite dans un quartier défavorisé dont plusieurs résidents utilisent les services offerts par l’organisme The Gathering Place.

Hier mon téléphone n’a pas arrêté de sonner. Les gens s’inquiètent énormément et ne savent pas quoi faire, affirme-t-elle.

Selon Paul Davis, moins de 30 clients asymptomatiques s’isolent au refuge depuis la fin de semaine. Ces derniers vont rester en quarantaine jusqu’à ce que leur période d’isolement soit terminée.

Doug Pawson indique que son organisme veut augmenter de sept chambres la capacité d’accueil de l’Hôtel COVID, en ajoutant que la santé publique priorise l’analyse des tests de dépistage de la population itinérante.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !