•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rénovations vertes : moins de 1 % de l’argent versé par Ottawa

Le premier ministre Trudeau porte un casque de construction.

Avec l'initiative du gouvernement fédéral, un propriétaire peut recevoir jusqu'à 5000 $ en subvention pour améliorer son système de chauffage ou de climatisation, installer des panneaux solaires, ajouter de l'isolant ou encore remplacer ses portes et ses fenêtres.

Photo : The Canadian Press / Christopher Katsarov

Le programme avait été lancé en grande pompe en mai dernier par le gouvernement fédéral : 2,6 milliards de dollars en subventions sur sept ans pour aider les Canadiens à améliorer l’efficacité énergétique de leur logement et à réduire leurs factures d’énergie. Or, huit mois après l’annonce, force est de constater qu’Ottawa peine à répondre à la demande.

Selon des chiffres obtenus par Radio-Canada, dévoilés également par le Globe and Mail, seuls 978 000 $ ont été remis en date du 18 janvier, soit moins de 0,03 % de l’enveloppe totale.

Jusqu’à maintenant, 222 propriétaires ont reçu un remboursement pouvant aller jusqu’à 5000 $, qui couvre l’installation de panneaux solaires, le changement de portes et de fenêtres ou encore la modernisation des systèmes de chauffage. Le ministère des Ressources naturelles, responsable du programme, confirme pourtant avoir reçu près de 200 000 demandes depuis mai dernier.

Dans un courriel, une porte-parole du ministère explique ces retards entre autres par la forte demande de conseillers en efficacité énergétique qui doivent évaluer les soumissions des contribuables, avant et après les travaux.

Le gouvernement fédéral investit 10 millions de dollars pour recruter, former et encadrer jusqu’à 2000 conseillers [...] supplémentaires, indique la porte-parole Audrey Champagne.

Les délais deviendront plus courts à mesure qu’augmentera le nombre de conseillers en efficacité énergétique disponibles, ajoute-t-elle.

Un homme coupe une planche de bois.

Près de 200 000 Canadiens ont fait une demande pour obtenir la subvention d'Ottawa.

Photo : iStock

Une cybermenace a également obligé le ministère à fermer son portail pendant plusieurs semaines, du 13 décembre au 7 janvier, ce qui a causé des retards additionnels.

Le programme, qui doit permettre l’amélioration de quelque 700 000 résidences du pays, est au cœur de la stratégie verte du gouvernement Trudeau. Selon Ottawa, les maisons et les bâtiments sont responsables de 18 % des émissions totales au pays.

Comme les 2 milliards d’arbres

Justin Trudeau et sa fille, accroupis, plantent un arbre.

Certains partis d'opposition comparent ce retard avec celui pour planter 2 milliards d'arbres, une autre promesse phare du gouvernement Trudeau.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Le ministre des Ressources naturelles, Jonathan Wilkinson, n’était pas disponible pour réagir.

Toutefois, par écrit, son porte-parole Ian Cameron explique que la Subvention pour les maisons plus vertes du Canada a été énormément populaire depuis sa création et que cette vague d’intérêt a mis une pression sur l’industrie de la vérification énergétique.

Notre gouvernement est pleinement conscient de cette pression et travaille activement avec des partenaires du secteur privé pour y remédier, ajoute-t-il. 

Une source gouvernementale proche du dossier confie d'ailleurs que la demande a excédé les attentes initiales.

« Ça me fait étrangement penser à ce qui est arrivé avec les 2 milliards d’arbres. »

— Une citation de  Mario Simard, porte-parole du Bloc québécois en matière de Ressources naturelles

Lors de la campagne électorale de 2019, le gouvernement Trudeau s’était engagé à planter 2 milliards d’arbres d’ici 2030. Or, en décembre dernier, seuls 8,5 millions d’entre eux avaient été mis en terre, soit moins de 0,5 % du total promis. 

On lance des initiatives environnementales qui ressemblent davantage à des "pitchs" politiques et on n’est pas préparés à faire face à ce que sera la demande, avance le porte-parole du Bloc québécois en matière de ressources naturelles.

Le chef adjoint du NPD abonde dans le même sens : c’est extrêmement décevant, lance Alexandre Boulerice, surtout avec l’urgence climatique qu’on vit et les libéraux [qui] nous disent qu’il faut agir plus vite.

En ce moment, on a un programme qui pourrait aider les gens, puis on ne livre pas la marchandise. C’est vraiment une signature du gouvernement Trudeau, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !