•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vaccination bat de l’aile en Beauce

Une vaccinatrice s'apprête à faire entrer l'aiguille pour vacciner une personne.

Une personne reçoit le vaccin contre la COVID-19 à Saint-Georges, en Beauce.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

En Beauce, la troisième dose du vaccin contre la COVID-19, maintenant accessible à tous, peine à trouver preneur. Alors que la région a un taux de vaccination inférieur au reste du territoire, les gens ne se bousculent pas au centre de vaccination, où des militaires sont d'ailleurs déployés pour prêter main-forte.

On sent depuis les derniers jours que ç'a ralenti au niveau [...] des rendez-vous et de la popularité de la troisième dose, remarque Cary Paquet, cheffe de vaccination à Saint-Georges.

Étant donné qu'il y a moins d'achalandage, ils vont moins attendre, donc ce n’est pas la folie non plus avec la foule. Des fois, les gens n’aiment pas ça quand il y a beaucoup de monde, précise-t-elle.

Présentement, le CISSS de Chaudière-Appalaches indique que 75 % des 60 ans et plus ont reçu cette troisième dose. La santé publique n'a toutefois pas le taux pour l'ensemble de la population.

Cary Paquet, cheffe de vaccination, regarde l'objectif.

Cary Paquet, cheffe de vaccination

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

À la traîne de 5 %

Les chiffres pour l'octroi des autres doses sont aussi inférieurs dans la Beauce par rapport au reste de la région.

Lundi, 78 % des habitants de Chaudière-Appalaches avaient reçu une deuxième dose, contre 73 % en Beauce. Ce taux est de 83 % pour la première dose, contre 78 % en Beauce.

Dans les deux cas, c'est 5 % de moins que leurs concitoyens.

Mme Paquet remarque que les mesures annoncées par le gouvernement, dont l'élargissement du passeport vaccinal, ont réussi à en convaincre plusieurs. Il y en a qui vont venir chercher leur vaccination. Ils disent par obligation. On le sent, la pression des mesures qui viennent les chercher.

« 75 % des 60 ans et plus sont venus chercher leur troisième dose dans notre région. C'est quand même un bon chiffre. »

— Une citation de  Cary Paquet, cheffe de vaccination à Saint-Georges

L'engouement est moindre dans les autres catégories d'âge. Au niveau des populations plus jeunes, on n'est pas à ce niveau-là.

Militaires

Les Forces armées canadiennes prêtent toujours main-forte dans la région de Chaudière-Appalaches. Elles sont déployées dans les centres de vaccination de Saint-Georges et de Thetford Mines depuis deux semaines.

Les réservistes sont affectés à des tâches administratives comme la prise de rendez-vous et le travail de bureau. C'est le cas du caporal Anthony Vacchio, réserviste dans le Régiment de la Chaudière. Les gens sont très contents de me voir ici. Il faut comprendre que, moi, je suis ici par ma propre volonté, puis c'est vraiment les volontaires qui sont ici qu'il faut remercier, parce qu'ils sont là depuis le début.

Le caporal Anthony Vacchio regarde l'objectif.

Le caporal Anthony Vacchio est réserviste pour les Forces armées canadiennes. En temps normal, il est charpentier-menuisier.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Les hôpitaux toujours sous pression dans la grande région de Québec

Le plus récent bilan de la santé publique indiquait que 239 personnes étaient encore hospitalisées en raison de la COVID-19 dans la région de la Capitale-Nationale. C'est quatre de plus que le dernier bilan. Vingt personnes sont toujours aux soins intensifs, soit un patient de moins que la veille.

De l'autre côté du fleuve, 109 personnes sont à l'hôpital dans les centres hospitaliers de Chaudière-Appalaches en raison du coronavirus, soit 5 de moins par rapport à la dernière mise à jour. Le bilan des soins intensifs n'a pas bougé, avec 13 patients atteints de la COVID-19.

La semaine dernière, le CISSS de Chaudière-Appalaches faisait preuve de prudence, mais estimait que la situation était suffisamment encourageante pour entrevoir une reprise graduelle de certaines interventions chirurgicales à compter du mois prochain.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !